#Kindle 4, un mois après.

Oui, le Kindle je l’ai. :-)
Il a pris place depuis un mois dans mon sac à main, sur ma table de chevet et dans ma valise.

Amazon ne s’est pas planté. Son e-book est extraordinaire.

Bon c’est vrai, certains vont dire qu’il est pas écolo.
Mais je suis certaine que le Kindle incarne bel et bien l’avenir du livre.
En effet, selon le magazine Clubic, Amazon aurait vendu 4 millions de liseuse aux Etats-Unis. J’attends avec impatience de connaître ses résultats en Europe… et en France !

Le Kindle, c’est pratique, c’est léger et vous permet de stocker 1 400 e-books. Bon ok, je ne connais pas grand monde qui va télécharger autant de livres sur ce support mais c’est quand même assez incroyable.

La lecture ? Oui je l’avoue, il m’a fallu une journée d’adaption. Le Kindle, ce n’est point du papier, mais Amazon utilise l’encre numérique pour faciliter son utilisation. Puis, une fois que vous êtes plongés dans votre livre, vous oubliez littéralement le support.

Oui je suis myope et non je n’ai pas mal aux yeux.
Oui je fatigue au bout d’une petite heure, mais non pas à cause du Kindle.
Je fatigue parce que lire reste une activité intellectuelle. Lire ce n’est pas regarder la télévision ou l’ordinateur, et cela vous demande une certaine concentration. Personne ne me contredira je pense ! :-)

Côté achat, vous avez le choix ! Enfin, pas tous les éditeurs n’ont franchi la barrière du numérique.
Quoiqu’il en soit, vous pouvez vous procurer des livres appartenant aux catégories suivantes :

Me concernant j’opte principalement pour les oeuvres littéraires et les livres pratiques (cuisine, psycho, etc.).

Les prix ? Il y a de tout. Des livres à prix cassés comme des parutions au même prix qu’au format imprimé. Du coup, il faut être stratégique et malin : attendre les soldes et/ou les promos Amazon.

Quoiqu’il en soit, l’offre s’agrandit régulièrement et vous devriez, au fil des jours, y trouver votre bonheur.

L’utilisation du Kindle ? Simple.
La prise en main de l’outil est rapide. Amazon inclut un guide de mise en route que vous lirez rapidement.
La batterie, quant à elle, tient bel et bien un mois, au rythme d’une demi-heure de lecture par jour. D’ailleurs, il n’est pas obligatoire d’éteindre son Kindle à chaque fin d’utilisation. La mise en veille est suffisante ; la batterie ne se vide pas sur cette option.

Ce que je lis. C’est ici.

Des questions ? N’hésitez pas à me les poser. :-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

C’est l’hiver et j’hiberne !

L’hiver s’est bien fait sentir sur Geekeries de filles.

Le froid, le temps gris et les jours raccourcis mènent à un ralentissement de mon quotidien. Mon blog en est aussi victime.
Manque de temps, d’envie et de concentration.

Mes journées sont principalement rythmées par mon travail qui me prend beaucoup de temps. Je l’aime, c’est vrai, mais j’ai un fort besoin de m’investir en ce moment.

Certains diront que le travail n’est qu’un gagne-pain. Ils n’ont pas tort. Mais aujourd’hui j’ai la chance d’avoir un emploi où je m’épanouis pleinement… D’où mon absence sur ce blog. Ne m’en voulez pas, hein ! ;-)

Ces derniers temps, deux nouvelles blogueuses ont fait leur apparition sur la toile :

La Filmosaure

My name is Romance

N’hésitez pas à aller leur rendre visite.

Je ne blogue pas, mais je lis. Merci Kindle. Merci Maman. Merci Amazon.

Je lis :

Spotify #dansmesoreilles a pris un rythme de croisière que vous n’imaginez  même pas. France 5 et ARTE sont sans cesse branchées.

Bref, je lis, je me cultive, je fais du bien à mon intelligence.

Ah, et j’ai acheté mon première rouge à lèvres bio. J’ai opté pour la marque Couleur Caramel. C’est bien, j’en suis satisfaite.

Je fuis un peu les soirées blogueurs. L’hiver aidant. Besoin de calme, de réfléchir et d’introspection.

Logitech, Microsoft, Dell, Samsung, Smartphoto, Nokia, Sony et Cie ne m’en voulait pas si je fais partie des abonnés absents.

Allez, c’est l’heure du thé (à la rose s’il vous plait !).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les Morues de Titiou Lecoq

C’est un roman qui commence comme cela :
« Au début, il y a la sonnette – et la porte qui s’ouvre et se referme sans cesse. Des pas qui résonnent dans l’entrée. Et des embrassades, des « ah », des « oh ». T’es déjà arrivé ? J’croyais que tu finirais plus tard le taff. Ouais, mais finalement j’ai bien avancé. Hé, Antoine on va pas parler boulot ce soir, hein ? Ça serait de la provoc ! Un brouhaha généralisé. Des verres qui tintent. T’as apporté les bougies ? Non c’était à Ema de le faire. »

Et c’est un roman qui commence aussi comme cela :
« Depuis une dizaine de minutes, Ema gardait la tête obstinément levée vers la voûte. En suivant des yeux les courbes compliquées des arches gothiques de l’église, elle espérait éviter de pleurer. Mais d’une elle commençait à avoir sérieusement mal à la nuque et de deux il devenait évident qu’elle ne pourrait pas échapper aux larmes de circonstance. »

C’est donc l’histoire des Morues, d’Emma et sa bande de copines, de ses amis, et, si l’on s’y arrête une minute, c’est le roman de comment on s’aime en France au début du XXIe siècle.

Mais c’est davantage.
C’est un livre qui commence comme une histoire de filles, continue comme un polar féministe en milieu cultivé, se mue en thriller de journalisme politique réaliste – au cours duquel l’audacieuse journaliste nous dévoilera les dessous de la privatisation du patrimoine culturel français – et vous laisse finalement, 500 pages plus loin sans les voir, dans le roman d’une époque embrassée dans sa totalité par le prisme de quatre personnages.

Cet ambitieux projet romanesque, qui a pris plusieurs années à son auteur, est une réussite totale. D’abord parce qu’il se dévore. Que sa lecture procure un plaisir continu, et qu’il emprunte toutes ses voies pour s’inscrire dans une perspective globale avec une acuité, une ironie et une gouaille bien contemporaines, mais en y superposant le paysage littéraire d’une jeune femme d’aujourd’hui qui, petite fille, réécrivait la fin des romans de la Comtesse de Ségur pour celles qu’elle préférait lire. Cela donne un authentique et passionnant roman français.

Source

Les Morues, c’est un peu l’histoire des parisiennes trentenaires d’aujourd’hui. On s’y reconnait un peu. J’y retrouve Les Bridgets et ses aventures déjantées.
Dans Les Morues, l’auteur clame quelques vérités sur notre pays la France. On sourit, on se dit qu’elle a raison.

La Morue, c’est le surnom que me donnait mon père quand j’étais plus jeune. J’ai souri en voyant le titre de ce livre.

Mais Les Morues, c’est surtout l’oeuvre de la blogueuse Girls and Geeks. Encore un de ces blogs que je lisais de temps en temps, mais qui maintenant voit son flux inscrit dans mon Netvibes. :-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Décorez avec Stickaz !

Toi aussi tu en veux ?

Alors, va sur le site Stickaz.com pour en savoir davantage ! :-)

Produit offert

Rendez-vous sur Hellocoton !

Application iPhone My365

Pour commencer cette nouvelle année en terme de geekeries, voici ma nouvelle application iPhone coup de coeur :

My365

Elle ressemble de loin à Insta.gram, mais cette fois-ci l’utilisateur répertorie ses photos dans un calendrier annuel.

Chaque jour, vous partagez avec vos proches une photo-souvenir.

Mieux encore, vous pouvez suivre vos amis utilisant cette application et découvrir ainsi leur photo du jour.

Si vous souhaitez la télécharger, c’est par ici.

Si vous souhaitez me suivre, voici mon pseudo : Filleduweb. :-)

Rendez-vous sur Hellocoton !