Addison Stone

Oui je sais, le nom de cette personne ne vous est certainement pas familier.
A moi non plus en fait. C’est tout nouveau. Je suis tombée dessus un peu par hasard.
Il n’y a pas longtemps, au fil de mes voyages sur les Internets.
Addison Stone n’est autre que la nouvelle prodige de la scène artistique new-yorkaise.
D’Addison, on ne sait que peu de choses. Lors de mes recherches, j’ai pu apprendre que la jeune femme était originaire de Rhodes Island ; puis encouragée par ses professeurs, elle s’est envolée pour New-York dans le but de développer ses talents d’artiste.
Mais Addison a la particularité d’être un peu sauvage, bohème et d’avoir des idées un peu noires. Aussi, elle pense être hantée par un fantôme ! 0__o
Alors sur le net français, vous ne trouverez pas encore grand chose à son sujet. Il faut aller fouiller chez les Américains. Les coquins, ils conservent bien au chaud leur petite protégée ! :D

Aussi, via le tumblr que j’ai découvert, et qui présente un bout de vie d’Addison Stone, j’ai appris que l’artiste commençait à faire la Une de quelques magazines spécialisés dans le domaine de l’art. Quelle classe à son âge !
Ah oui, son âge, je l’oubliais. Et bien, notre demoiselle a tout juste 18 ans, et quel talent. J’aurais aimé vivre la même chose il y a 12 ans. Ouch, je prends un sacré coup, fini la dizaine pour moi. ;-)

En plus d’être une artiste dans l’âme, notre jeune Addison a un don avec la photographie. Admirez donc ces clichés. Jeune et jolie, quelle chance. :)

J’admire la jeune Addison. Et je risque d’en parler encore sur le blog. Je vous donne donc rendez-vous dans les jours à venir pour une très grande annonce que je ne peux malheureusement dévoiler au grand public. ;-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

La liste de mes envies

wishlist
J’emprunte le titre de mon article au film de Didier Le Pêcheur, vous l’aurez compris.

Le 24 septembre 2012, je rédigeais une courte liste de choses à faire. Presque 3 ans plus tard, je me rends compte, que mine de rien, je peux écrire « done » à côté de plusieurs éléments :
>Faire plaisir à mon estomac et mon moral en mangeant du Nutella, des bonbons qui piquent, du chocolat bien sucré, du saucisson, des frites et de la Tropézienne.
>Changer mon thème WordPress que mes yeux n’ont plus envie de voir.
>Retourner à Disneyland Paris (il serait temps !).
>Aller à Bordeaux, Lille, Bruxelles, Trouville, Toulouse… Mais aussi en Suède, Russie, Angleterre, Islande.
>Prendre rendez-vous dans un institut de beauté pour un vrai massage du dos.

Puis, récemment, j’avais envie de mettre cette liste à jour, parce qu’en 3 ans, les choses évoluent, changent, se modifient.
La vie, elle aussi, est plein de surprises.
Cette année 2015 a été pleine de rebondissements. J’en parlerai ici, mais plus tard, pas maintenant.

Ainsi, aujourd’hui, d’autres envies, d’autres idées me trottent dans la tête. Des simples, comme des plus complexes. Des souhaits que je garde dans un coin, au chaud, en laissant le temps faire les choses.

>Acheter une maison, une vraie, pas en carton
>Reprendre l’équitation, mais cette-fois c’est pour de bon
>Visiter la France, un peu plus, dans tous ses détails
>Faire du yoga, au moins une fois par semaine
>Reprendre le running… Oui c’est vrai, la pause estivale continue à cette heure-ci
>Manger bio toujours un peu plus
>Cuisiner toujours plus, même qu’aujourd’hui j’ai fait mon premier gratin de courgettes :-)
>Décorer mon chez-moi, y a tellement de petites choses à acheter 0__o
>Acheter (encore « a-che-ter ») un vélo pour aller travailler… en vélo :p
>M’hydrater un peu plus souvent (flemme-attitioude quand tu nous tiens)
>Lire plus régulièrement (trop de lecture de blogs tue la lecture de livres x|)

Et puis je crois que c’est tout. Que ça suffit pour cette rentrée 2015.

Et vous avez-vous une wishlist pour les mois/années à venir ? N’hésitez pas la partager dans les commentaires. :)

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 choses pour s’occuper lors d’un long trajet

s occuper pendant voyage
Les vacances sont synonymes de plage, mer, transat et cocktails en plein soleil mais pas
que… Les vacances riment aussi avec trajets longs et parfois ennuyeux. Alors dans la suite de mon article « 10 choses à faire l’été lorsqu’il fait très chaud ! », voici six choses à faire pour s’occuper lors de longs trajets.

Lire un bon bouquin

Classique mais efficace, la lecture d’un livre prenant métamorphose les longues heures en quelques minutes sans que vous vous en rendiez compte. Pensez à un bon vieux polar comme Les apparences de Gillian Flynn.

Regarder un film ou une série

En fonction du temps de trajet, trouvez un film ou une série qui calibre avec la durée du transport. Bien sûr, prenez une petite pause de temps à autre pour reposer vos yeux. Un Marseille-Lille à ne regarder que des séries risque fort de vous endommager le cerveau !

Activer ses neurones avec un jeu de Mahjong

Pourquoi ne pas ne pas se creuser un peu les méninges pendant tout ce temps ? Les jeux de Mahjong sont alors une bonne option : un divertissement qui demande suffisamment de concentration pour oublier le trajet. Vous en trouverez à foison sur la plateforme Browsergames par exemple.

Ecrire des cartes postales, des mails, entretenir sa correspondance

Quand avons-nous vraiment le temps de répondre à des mails de vieux copains, de prendre des nouvelles des gens qui nous sont proches ou d’envoyer des cartes postales à sa grand-mère ? Le train, l’avion ou le bus se prêtent parfaitement à ce genre d’ouvrage.

Tricoter, coudre, peindre, dessiner…

Le voyage rend créatif, ne l’oubliez pas ! Se trouver une petite activité pratique, ça occupe les mains et active votre créativité. Sur le Petit Citron, de nombreux modèles vous attendent pour vous inspirer.

Et puis… Regarder les gens

Alors si vous êtes dans le train, ne passez pas à côté de l’occupation la plus divertissante d’entre toutes : observer les autres voyageurs !

Maintenant, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bon voyage !

Rendez-vous sur Hellocoton !

De mes études de Lettres Modernes

etudes lettres modernes 1

5 ans et demi que je blogue ici. Et c’est aujourd’hui que je me rends compte je n’ai que partiellement abordé le sujet de mes études supérieures.
J’ai cependant parlé plusieurs fois de mon travail, celui de la publicité, dans lequel je baigne depuis 6 ans et demi (Je tiens au « et demi »).
Pourtant j’ai envie d’aborder le parcours que j’ai suivi à l’université.

J’ai fait Lettres. Oui je suis allée à la fac. A la fac de Lettres.
Non je ne m’y suis pas rendue par défaut mais parce qu’à 16 ans (au lycée donc) j’avais un projet professionnel bien précis. Prof. Oui c’est bien ça. Prof de Français. Ce sont alors une HK (comprenez Hypokhâgne), puis trois années à l’université qui se sont enchaînées. Jusqu’à la Maitrise que je suis allée. Puis revirement de situation, plus envie de me retrouver devant des classes de trente élèves. Plus envie de corriger des copies jusqu’à pas d’heures.

J’ai alors opté pour le di-gi-tal. Mais je stoppe mon récit ici.
Et je le reprends là : « J’ai fait Lettres. Oui je suis allée à la fac. A la fac de Lettres. ».

Il y a peut-être des lecteurs qui seront surpris par ce parcours universitaire, d’autres qui au contraire trouveront ça logique. Logique pour les arguments suivants : je tiens un blog, j’aime écrire et je lis beaucoup. Des petits indices qui devraient mettre la puce à oreille. Mais il en a été autrement, je ne travaille ni pour l’Education Nationale ni dans le milieu de l’édition ou dans une bibliothèque.

En effet, il y a sept ans, les profils littéraires étaient recherchés pour les formations en communication. Comme quoi. Comme quoi il n’existe pas que le profil « école de commerce ».

Puis je suis arrivée sur le marché du travail. Ma maîtrise de Lettres et mon Master 2 spécialité Ingénierie des Médias en poche. Comme tout le monde j’ai passé des dizaines et des dizaines d’entretiens avant de décrocher mon premier boulot.
Puis, six années plus tard je manipule Excel presque sur les bouts des doigts.

Je disais plus haut « Il n’existe pas que le profil école de commerce ». Parce que des gens qui sortent des ESC, ESSEC, ESTP, HEC et Cie j’en ai croisé des dizaines. Mais vraiment des dizaines.

Parfois je me sentais un peu l’intrus parmi tous ces gens d’écoles de commerce. Parfois j’avais l’impression de me distinguer.

etudes lettres modernesEt pourtant, au fil du temps, je me suis rendue compte que lorsqu’on arrive sur le marché du travail, on est tous au même niveau. Du moins en ce qui concerne mon secteur d’emploi. On apprend un métier comme tout le monde. On apprend à travailler en équipe comme tout le monde. Et puis on apprend à se faire un réseau professionnel.
Alors oui j’ai très souvent entendu dire que les diplômés des ESC, ISC et Cie disposaient d’un carnet d’adresses extraordinaire. Ah bon ? Pourtant il s’avèrerait que la recherche d’emploi n’a pas été fructueuse pour tous.

Ne nous mentons pas. Le réseau, oui le fameux réseau, s’acquiert au fil du temps et des rencontres. Les collègues, les collaborateurs externes, les clients et puis les rencontres diverses. Des personnes que l’on va recroiser de temps en temps, avec qui on peut éventuellement se lier d’amitié ou tout simplement que l’on contacte pour des projets professionnels.
Le réseau, et non pas le piston, ça s’entretient. Fac de Lettres ou école de commerce, chaque individu est apte à le construire. Il suffit d’un peu de bon sens.

Je ne cherche point à critiquer les études supérieures payantes et autres dérivés. Je veux surtout montrer que les salariés et autres professionnels ayant opté pour un cursus professionnel ont toutes leurs chances de réussir dans le monde du travail.

Alors comme tout le monde, j’ai progressé, moi qui venait de la fac. Comme tout le monde, j’ai grimpé les marches, comme tout le monde j’ai acquis de nouvelles compétences.

Etrangement, lors de mes entretiens d’embauche, je percevais que mon profil était fort apprécié. Parce que différent, je pense. Bien sûr, il faut être motivé, s’investir et être force de proposition.

Je me souviens encore de l’inquiétude parentale une fois diplômée de Lettres. Il n’en est presque plus rien aujourd’hui. J’ai un bout d’expérience, de la confiance et un panel de compétences que je tâche d’élargir du mieux que je peux.

Voilà. Je tenais à partager mon point de vue sur les études sup.
Surtout faites ce que vous avez envie. Suivez un cursus d’arts plastiques, d’histoire ou même de mathématiques si le coeur vous en dit. Seule votre authenticité et votre investissement feront de vous la personne que vous êtes.

Aujourd’hui je ne regrette ni mon cursus universitaire ni mon parcours professionnel.
Aujourd’hui je mange à ma faim.
Aujourd’hui je fais presque tout ce dont j’ai envie.

Enfin, aujourd’hui, j’estime ne pas m’être plantée.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comment créer son blog en 4 étapes ?

bloggingQuand tenir un blog devient presque un jeu d’enfants, comment résister à la tentation ? Nous avons toutes une petite idée dans le coin de la tête qui ne demande qu’à se concrétiser. Do it yourself, bons plans, carnet de voyage ou même petits reportages journalistiques, les thématiques du blogging ne manquent pas ! Et la période estivale est peut-être la meilleure pour s’y atteler, surtout en cas de grandes chaleurs. Alors si comme moi, vous vous sentez l’âme d’une bloggeuse, je vous ai concocté un petit guide pour vous aider dans votre démarche.

Trouver son hébergeur

Quelle que soit l’ampleur de votre projet de blog, vous trouverez la solution d’hébergement adéquate. Des sites comme 1and1 offrent différentes possibilités pour tout type de projet web. Les options varient selon l’espace disque, le stockage de l’adresse mail, la capacité de mémoire vive, etc. Définissez donc vos besoins avant de vous lancer dans l’aventure car la solution la plus économique pourrait être la meilleure !

Construire une identité

La mise en page comme le style d’écriture définit l’identité de votre blog, alors pensez d’avance à travailler ces aspects ! Selon le thème général du blog, vous pourrez vous permettre plus ou moins de fantaisie. Attention : évitez les fautes d’orthographe ou de syntaxe comme les excès de familiarité ou d’extravagance. Il faut savoir doser pour ne pas fatiguer le lecteur et surtout pour le fidéliser !

Blogger de façon régulière

Dans cette même logique de fidélisation du visiteur, je vous conseille vivement de travailler votre assiduité. Charger votre blog d’articles en deux semaines et ne plus rien écrire pendant les trois mois qui suivent ne vous aidera pas à développer votre nombre de followers. En revanche, un à trois articles par semaine me semble être un juste milieu. N’hésitez pas non plus à partager chaque publication sur les réseaux sociaux, cela favorisera votre visibilité !

Le type de contenu

Bien que le thème général de votre blog doit être harmonieux, pensez qu’il est important de varier le sujet de vos articles. Ainsi, si vous êtes expatriée par exemple et que vous souhaitez écrire sur votre ville d’accueil, trouvez la juste balance et parlez de tous les aspects de votre nouvelle ville comme dans le Salon de Thé berlinois. De même si vous pensez parler DIY : ne vous concentrez pas que sur les coupes de cheveux et pensez à la customisation de vêtement, la création de déco, etc. comme dans Vert Cerise.

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour vous lancer dans l’aventure du blogging. Et vous verrez, une fois le projet mis en route, vous ne pourrez plus vous en passer !

Rendez-vous sur Hellocoton !