J’élargis ma ligne éditoriale !

Lorsque j’ai ouvert ce blog, je le destinais uniquement à parler de l’actualité des nouvelles technologies. Mais au fur et à mesure, j’ai commencé à élargir ma ligne éditoriale en parlant de cinéma et de littérature. Aujourd’hui, je m’ouvre davantage en parlant de trucs de filles, car ne l’oublions pas, je reste quand même une jeune femme qui s’intéresse aux sujets féminins, en passant par la cuisine, la mode, la beauté, les bons restaurants, la musique ou encore les séries TV !

J’espère ainsi que ces nouvelles rubriques ne vous surprendront pas et que vous continuerez à suivre mes aventures. :-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Easter Bunny Drive, la clé USB spéciale Pâques

Avec l’arrivée de Pâques, il n’est pas rare de voir une multitude d’objets dérivés aux formes et couleurs de Pâques. Lapins, oeufs, poules ont désormais pris place.

La marque Kingston a su surfer sur cette vague en proposant une clé USB sous la forme d’un mignon lapin blanc.

Cette clé est uniquement commercialisé en Asie, ce qui fait d’elle un collector en France.

C’est avec gentillesse que l’agence Lewis Communications m’a envoyé cette petite merveille directement au bureau. Jolie, pratique, utile et discrète, la Easter Bunny Drive conviendra à toutes les filles. Ah mais j’oubliais déjà, elle n’est pas distribuée sur le marché français ! :-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une pétition pour l’audiodescription en France

Malgré la volonté française de lutter contre les handicaps, il est navrant de constater que les aveugles et les malvoyants doivent encore se battre pour pouvoir suivre et comprendre une émission ou un film comme toutes les autres personnes vivant en France. C’est pourquoi l’Association Valentin Haüy a pris la décision de lancer une pétition dans le but de développer l’audiodescription.

L’audiodescription est une technique importée des Etats-Unis il y a 20 ans par l’AVH. Cette méthode permet aux aveugles et malvoyants de regarder la télévision de manière indépendante. Malheureusement, l’audiodescription est encore trop peu développée en France. En effet, seulement une dizaine de salles de cinéma sont équipées pour 1.2 million de personnes handicapées. d’où le devoir de convaincre les réalisateurs et producteurs de faire audiodécrire leurs films, de pousser les salles de cinéma à s’équiper, à encourager les chaînes de télévision à diffuser plus de films audiodécrits et d’imposer aux sociétés de production et de distribution de proposer des DVD audiodécrits.

Pour faire entendre leur voix, l’Association Valentin Haüy enverra la pétition signée au ministère de la culture et de la communication lors du Festival de Cannes en mai 2011.

Pour signer la pétition, il suffit de vous rendre sur http://www.avh.asso.fr et de remplir le formulaire. Vous rejoindrez ainsi les 3 200 personnes ayant déjà signées la pétition.

Vous avez aussi la possibilité d’élaborer votre badget et de l’utiliser comme photo de profil Facebook.

 

 

 

 

 

Article sponsorisé

Partage propulse par ebuzzing

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai testé les sushis et les makis par Findus !

[Pas de sponsoring, ni de cadeau offert, mais un test réalisé en toute indépendance.]

Manger japonais, il y a encore 26 mois je ne connaissais pas.
C’est en sortant d’un Salon, le 15 mars 2009, que des amies d’Hypokhâgne m’ont proposé d’aller « manger japonais ».
Elles me disaient que c’était du poisson cru avec des brochettes de viande.
Dur à imaginer quand on ne connait que très peu de choses de la culture japonaise.
C’est d’un pas sûr que nous nous rendons au 8 rue Mouffetard, au pied du Panthéon.
Mais là n’est pas le sujet de cet article…
Voilà maintenant deux ans que je vais régulièrement manger au 8 rue Mouffetard, accompagnée de mes acolytes.
Manger japonais est devenu un instant de plaisir. Sushi, maki, sashimi font désormais partie de mon langage commun.
On dit que le Coca-Cola peut mener à la dépendance. Mais je pense que toute nourriture ayant la capacité de nous procurer une extase culinaire peut nous conduire à sa dépendance.

Aujourd’hui, on trouve des restaurants japonais dans la quasi-totalité des quartiers de Paris. Vous pourrez trouver un japonais aussi bien dans la rue Sainte-Anne qu’aux côtés d’un grec et d’un libanais. Savoureux mélange me direz-vous.

La nourriture japonaise s’est littéralement démocratisée. Jusqu’à maintenant, manger japonais appartenait à un certain type d’individus. Aujourd’hui, vous trouverez dans ces restaurants, tout type de personnes, allant de l’étudiant à la personne âgée.

Le repas japonais a le fort avantage de contenir une nourriture saine : poisson, riz, viande, chou et soupe de champignons.
Pas vraiment de graisse et encore moins de composants chimiques.
Son prix : entre 10 et 15€ pour un repas copieux.

Le japonais est peu à peu devenu le repas par excellence pour les personnes souhaitant partager un moment ensemble.

Il m’arrive de temps en temps de commander un japonais lors de mes soirées solitaires.

Mais samedi dernier, au détour du rayon surgelés, je suis tombée sur des sushis et makis fabriqués par Findus.

Une petite grimace s’est alors dessinée sur mon visage, mais je me suis dit que le produit était quand même proposé par Findus, qui n’est pas une marque de piètre qualité.

Le pack : 5€ et des poussières.
Les ingrédients : produits naturels, sans colorants, sans conservateurs et autres produits chimiques.
La conservation : au congélateur
La préparation : une minute au micro-ondes, puis laisser décongeler à l’air libre pendant une quinzaine de minutes.

Du tout fait, de l’industriel, mais en fin de compte, pas si mauvais que ça. Certes, ce plat ne remplacera pas les mets préparés par le cuisto de votre japonais préféré, mais pourra faire l’affaire le temps d’une soirée-plateau-télé.
Je reconnais que le poisson manque un peu de goût mais reste mangeable.
Pour les gros mangeurs, je vous conseille fortement de compléter ce plat à l’aide d’un bol de riz, d’une entrée voire d’un dessert.

Expérience à renouveler ? Pourquoi pas.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Deviens la Miss O’Neill Printemps/Eté 2012

Afin d’illustrer sa campagne Printemps/Eté 2012, la marque O’Neill est à la recherche de sa miss O’Neill 2012.

O’Neill ne recherche pas la top-modèle du coin, mais plutôt une fille bien dans ses baskets qui aura le courage de sauter d’une falaise à pieds joints dans la mer tout en portant le Superkini O’Neill !

Le Superkini est le tout nouveau bikini proposé par la marque. Ce dernier est fabriqué à partir de nanofront, matériau ayant la particularité de ne pas coller au corps lorsque vous sortez de l’eau mais qui, au contraire, vous valorise ! :-)

O’Neill propose donc à toutes les jeunes femmes majeures et disposant d’un forfait valide de gagner un shooting privé sur une plage ultra-secrète qui aura lieu en septembre 2011. A noter que les photos serviront à l’illustration de la campagne Printemps/Eté 2012.

Pour participer, il vous suffit juste de vous rendre sur la Page Facebook O’Neill Girls, de télécharger votre photo et de solliciter vos amis à voter pour vous.

Bien entendu, toutes les participations seront soumises à un jury de qualité composé du top model Elyse Taylor, du surfeur Rain Jackson ainsi que des éditeurs et des membres de l’équipe marketing d’O’Neill.

Les noms des personnes retenues pour le concours seront divulgués le 13 mai et un communiqué de presse sera diffusé.

Enfin, les photos, articles et blogs des modèles seront communiqués après le 10 juin sur la Page Facebook O’Neill Girls.

Les 12 finalistes retenues auront la chance de se rendre à Ibiza pour participer au One Way Runway et ainsi d’essayer de remporter le shooting photo !

Le concours vous intéresse, alors ne perdez plus de temps ! :-)

 

Article sponsorisé

Partage propulse par ebuzzing

Rendez-vous sur Hellocoton !