Vieille blogueuse je suis

Ce blog a 7 ans.
On dit souvent, je dis bien souvent, qu’au bout de 7 ans, risque de rupture il y a.
Moi j’ai failli avec lui. Parce que je me suis lassée, parce que je ne vis plus à Paris. Parce qu’aujourd’hui je suis loin des mondanités.


Et puis surtout, je fais désormais partie des vieilles blogueuses. Des dinosaures. Parce que la blogosphère n’est qu’un éternel renouvellement. Parce qu’aujourd’hui, la blogosphère n’est plus ce qu’elle était avant. Je ne vous parle même pas de l’arrivée des Youtubeurs.
Avant, dans la blogosphère, il y avait les copines. Celles que l’on retrouvait aux soirées, celles avec qui on allait bruncher ou tout simplement celles on partageait nos histoires de blogueuses.
Et puis, l’eau a coulé sous les ponts. Et puis j’ai quitté Paris.
Les copines blogueuses, elles, sont aussi moins présentes parce qu’elles ont arrêté leur blog, parce qu’elles ont une vie de famille, ou tout simplement parce qu’elles sont passées à autre chose.

Aujourd’hui, quand on me parle de tel ou tel blog, je me rends compte que je suis dépassée parce que je ne connais pas le blogueur en question. Parce que je ne suis plus dans The place to be.
Alors non, je ne suis pas vieille. Je n’ai que 30 ans. Mais je me rends compte que la blogosphère est éphémère, il faut sans cesse se renouveler pour être lu, suivi, commenté ou partagé.
Mais moi, au fond, je reste celle que je suis. Je ne fais pas de copier-coller des autres. J’essaie d’être moi-même.

Et puis, au fond, être une vieille blogueuse, ça vous aide à prendre du recul, à savoir qu’un jour vous aussi vous serez dépassé par les petites nouvelles. J’admire d’ailleurs le talent de certaines. Leur créativité, leur insouciance et leur originalité. Mais lorsque les langues se délient, je ne peux que constater que la blogosphère, au fond, elle n’a pas changé. Il y a les meneuses, et les suiveuses.
A bon entendeur.

Rendez-vous sur Hellocoton !