Mon problème avec la lecture

Je relisais à l’instant quelques uns des articles que j’avais écrit dans ma rubrique Littérature, et je suis tombée sur ceux de Justine Levy.
Réussir à relire un roman entier. Tiens, aujourd’hui, je rencontre à nouveau cette difficulté. J’ai, cependant, ce vilain défaut de commencer 10 livres à la fois… Et de n’en finir aucun. Ah si, il y a eu « Christiane F. » cet été, mais depuis la rentrée, tout est plus ou moins en suspens. Mais il y a « Aimez-vous Brahms » conseillé par Oh Océane que j’ai quasiment terminé. J’aime, mais sans plus. L’impression de relire « Le Diable au corps », l’impression d’être bien éloignée de « Bonjour Tristesse ». Passons.
Je suis également en train de finir « Partages » de Gwenaëlle Aubry que je trouve tout simplement pompeux. Vivement la fin.
Oui c’est vrai, je lis 10 livres à la fois, mais j’ai horreur de ne pas les terminer. Cette impression de les abandonner, de n’être que lâcheté. Et puis il y a tout plein d’autres romans à droite à gauche, qui attendent bien sagement sur mon étagère.
Et puis j’ai envie de lire « Sans télé, on ressent davantage le froid : Chroniques de la débrouille » de Titiou Lecoq. A acheter uniquement lorsque j’aurai fini tous mes livres. Oups, on est mal.

Trop sensible au style peut-être. Trop psycho-rigide, trop de rigueur dans ma tête. Savoir lâcher prise de temps en temps, il le faudrait vraiment. Lire du roman de gare, lire du roman pas compliqué, parfois. Etre moins critique, être plus distante.
Et pourtant, il me semble tellement difficile de me passer de ce style saccadé, de ces grands enfants malades et torturés. Me retrouver, un peu, dans mes lectures. C’est peut-être cela, en fait. M’observer, me comprendre, voire me réconcilier avec moi-même au travers de mes lectures.
Lire des oeuvres que mes amis ne lisent point, lire parfois des romans qui dérangent. C’est comme le cinéma, en fait. Toujours ce besoin de choisir les films qu’on ne va pas voir. Je souhaite, en effet, assister à une séance de L’Institutrice. Bien sûr, encore personne pour m’accompagner.
Et puis personne pour échanger sur mes lectures.
J’ignore d’où vient à cette tendance à ne pas faire comme tout le monde. J’ignore pourquoi j’ai parfois des goûts étranges.
J’aurai peut-être un jour réponse à mes questions. Peut-être que mes écrits aideront.

Rendez-vous sur Hellocoton !