« Respire » de Mélanie Laurent et Anne-Sophie Brasme

J’ai lu « Respire » il y a bien longtemps. Presque 15 ans. Je dis presque. Je ne sais plus exactement.
C’était fort, touchant et violent à la fois. Je l’ai terminé rapidement. Peut-être en une semaine.
L’histoire d’une amitié adolescente entre deux filles. Une amitié comme on a l’a certainement tous connue, parfois trop forte.
Je m’étais alors un peu reconnue dans ce livre. Une histoire presque similaire, en fait. Mais tout ça est vieux. Tout ça a 15 ans, maintenant.

J’avais donc entendu que Mélanie Laurent allait adapter « Respire » sur le grand écran. Un frisson m’avait parcouru. Des souvenirs qui revenaient à la surface.
Novembre 2014 : date de sortie de « Respire ». Chose promise, j’irai voir le film.
La bande-annonce, enfin. Ca donne envie, ça me rappelle un peu le livre. Alors j’irai.

Mélanie Laurent nous propose ainsi un long-métrage de 90 minutes sur une amitié passionnelle entre deux jeunes filles en classe de Terminale.
Synopsis : Charlie, une jeune fille de 17 ans. L’âge des potes, des émois, des convictions, des passions. Sarah, c’est la nouvelle. Belle, culottée, un parcours, un tempérament. La star immédiate, en somme. Sarah choisit Charlie.

« Sarah choisit Charlie » nous dit-on. A cet âge où l’on se cherche encore, l’amitié se fait à deux, l’amitié est plus forte que tout, en amitié il faut être unique. Oui, nous avons tous eu un ou une meilleure amie, une forte complicité et passionnelle.
C’est d’ailleurs, sur un cours de philosophie que s’ouvre le film : « La passion permet-elle la liberté ou est-ce une entrave ? ». Un étudiant répondra « La passion on la subit ».
Une histoire d’amitié qui vous rend aveugle, qui va jusqu’à dépasser la limite de la raison.
Un peu de je t’aime moi non plus.
« Je te présente Sarah, une copine de classe ». Dès lors, cette amitié si fusionnelle dérape. Une réaction, puis deux, puis plusieurs que Charlie ne comprend point de la part de Sarah. Du mépris, du mensonge et de la manipulation.
Charlie est soumise à Sarah, Sarah la domine. Une relation plus que destructrice puisque un esprit de comparaison et de compétition s’installe entre les deux jeunes femmes.
Charlie se meurt à petit feu, s’isole, ne voit plus sa vie sans Sarah.
Puis un jour, la vérité éclate. La jeune femme sensible découvre qui se cache derrière la Sarah qu’elle connait jusqu’à alors. « Tu es juste paumée en fait ». « Si tu le dis, je te tue » lui répondra Sarah sur un ton provocateur.
Une descente aux enfers de plus en plus profonde, une maman qui n’en voit rien. Jusqu’à la tragédie.

La passion, l’amour et l’amitié sont destructeurs. Je n’invente rien. Même à notre grand âge. Un regard, un sourire et l’enfer peut vous être mené.
Mélanie Laurent filme avec prouesse les ravages que peuvent produire les sentiments et décrit la relation de dominant-dominé.

Juste parfait, juste émouvant comme il faut.

Rendez-vous sur Hellocoton !