La Tête en friche

La Tête en friche, un film émouvant, intelligent, subtile

J’avais eu l’occasion de voir la bande-annonce de La Tête en friche il y a quelques semaines. Elle m’avait plue, même attirée. Des jeux de mots fins, des vrais qu’on ne va pas oublier :

On finit toujours par revenir gueuler sur la tombe de sa mère, comme un chien abandonné.

Le long-métrage tourne, entre autre, autour de cette phrase mais aussi sur la lecture, l’amour maternel, l’amour tout court, l’amitié, le mal-être, le manque de confiance, la confiance en soi, la vie, la naissance d’une vie, du temps qui passe. Une multitude de thèmes qui forment ce joli film.

En quelques mots, La Tête en friche c’est l’histoire de Germain, quinquagénaire quasi-analphabète, qui fait la rencontre magique de Margueritte (avec deux « t »), mamie au grand coeur. Tout se passe dans un parc, au beau milieu de 19 pigeons. C’est avec amour que Margueritte initie Germain à la lecture. Ca commence par Camus et sa Peste, puis ça continue avec un chasseur et son guépard, puis par une petite fille ballotée par les vagues. De métaphore en métaphore, Germain ouvre son coeur et réussit à affronter ses camarades du bar qui ont l’art et la manière de se moquer de lui. Mais c’est avec malice que Germain s’exprimera avec franchise et sans litote.

La Tête en friche est le film parfait pour le respect de chacun

On m’a toujours dit qu’il fallait de tout pour faire un monde. Voilà le message que nous communique La Tête en friche. Des intellos, des alcoolos, des ignares (excusez le terme !), des cocus, des femmes amoureuses, des femmes délaissées, une mère et un fils en manque d’amour… Tout ce petit monde qu’analyse méticuleusement Margueritte au travers de ses lectures. Mais c’est par admiration que Germain prendra son courage à deux mains pour faire un pas en avant dans la vie qui lui réservera bien des surprises.

Rendez-vous sur Hellocoton !