Pensées sur La Rafle

La Rafle

2,8 millions. 2,8 millions voire plus. 2,8 millions, c’est le nombre de spectateurs qui se sont rendus au cinéma pour assister à une projection de La Rafle. Moi aussi je l’ai vu. Je me souviens même que la salle de l’UGC était remplie. Des enfants, des couples, des personnes âgées. J’étais bien entourée dis donc. J’avais d’ailleurs rédigé un billet sur La Rafle pour vous faire part de mes impressions. J’avais été émue. Très touchée. Les larmes m’avaient envahies comme ce fut le cas pour de nombreux autres spectateurs. Heureusement, j’avais prévu quelques mouchoirs. La musique, les acteurs, l’histoire (une vraie), tout cela m’avait littéralement touché.

La Rafle du Vel’ d’Hiv. On ne m’en avait parlé ni au collège ni au lycée. Pas d’écho non plus à l’université. Un secret ? Un sujet tabou ? Je l’ignore. Mes proches non plus ne m’avaient jamais évoqué ce moment de l’histoire si atroce et douloureux. Une rafle, jusqu’à maintenant, j’imaginais à peu près ce que c’était. Voir La Rafle m’a ouvert les yeux sur ce sujet. Mais pas assez peut-être. J’avais appris des choses, certes, mais j’avais besoin de prendre du recul pour en savoir et en comprendre davantage. Alors, je me suis documentée sur Internet, je suis allée au Mémorial de la Shoah et au musée d’art et d’histoire du judaïsme pour en savoir plus sur ce peuple. J’étais fascinée.

Continue Reading

Rendez-vous sur Hellocoton !

La Rafle

La rafle du Vel d’Hiv

Vel d’Hiv… Voilà deux mots dont je ne comprenais pas la signification avant de voir La Rafle de Roselyne Bosch. Le Vel d’Hiv est pourtant un lieu de commémoration tristement connu. Je vous renvoie donc sur la fiche de Wikipédia pour en savoir davantage sur le Vel d’Hiv. Vu que j’habite non loin de ce lieu, je pense m’y rendre prochainement. Le Vel d’Hiv, c’est un moment de l’histoire dont on ne m’a jamais parlé à l’école ; et n’allez pas croire que la Seconde Guerre Mondiale ne m’intéressait pas, bien au contraire ! Je suis sortie de cette séance de cinéma un peu secouée… Notamment par ce qui est arrivé aux Juifs. Je savais tout à fait que c’était un peuple qui avait souffert, mais le voir en image, et de leur côté, m’a un peu plus troublé.

La Rafle : une Mélanie Laurent rayonnante

Je ne vais pas mentir, mais j’ai eu un gros coup de coeur pour Mélanie Laurent. Je l’avais précédemment vu jouer dans Inglorious Bastered de Quentin Tarantino que j’avais aimé, mais sans plus ; puis dans Le Concert de Radu Mihaileanu que j’avais trouvé brillant. Dans La Rafle, la jeune actrice incarne une infirmière fraîchement diplômée nommée Annette. Annette est alors envoyée au Vel d’Hiv où elle découvre l’horreur que subissent les Juifs. Elle est outrée et ne peut s’empêcher de réduire ses portions alimentaires dans le camp de concentration pour montrer au Préfet du Loiret les conditions atroces infligés au peuple que Hitler désire éliminer. Mais malgré son combat, Annette verra partir tous ces prisonniers vers les camps de la mort.

La Rafle, ou un film sur une mort incomprise

La Rafle, c’est un film qui fait réfléchir, qui nous remet en question et qui nous ouvre les yeux sur certaines choses. Je repense notamment à Annette et au médecin jJif (qui sera lui aussi déporté) qui épuisent toutes leurs forces pour soigner les prisonniers sous la lourde chaleur estivale. Pensons aussi à l’hygiène désastreuse, aux coups reçus, mais surtout à cette violence incomprise qu’ont dû subir les Juifs. « Ce sont des enfants, ils n’ont rien fait ! ». Mais que voulez-vous faire contre la volonté d’un fou ?

Rendez-vous sur Hellocoton !