J’ai lu mon deuxième Justine Lévy

J’avais commencé par « Rien de grave ». J’ai continué avec « Mauvaise fille« .
Entraînée par ce style qui lui est si propre j’ai lu son livre en quelques jours. Dans le métro. Encore.
J’ai pleuré ; mais ravalé mes larmes. Dans le métro, bien sûr.
Une mère qui perd sa mère. Une mère qui donne la vie sans sa mère. C’est dur, c’est égoïste, c’est vrai.
Un écrivain mis à nu, sans tabou, sans complexe. Pablo, son père et Angèle pour essayer de vivre sans sa mère.
Un cancer qui vient, part et revient. Puis la fin sans qu’elle sache.
La confession d’un regret ; le regret d’avoir été enceinte, le regret d’avoir pensé à soi.

mauvaise-fille

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai lu mon premier Justine Lévy

Ca y est. J’ai franchi le pas. Le pas de lire à nouveau un roman en entier. Mais pas n’importe lequel. Celui d’un auteur contemporain. Celui de Justine Lévy.

Rien de grave.
C’est bien écrit. Mais c’est triste. L’histoire d’elle-même. Sa grand-mère, sa mère, Adrien, Pablo, son père et les amphètes.
L’histoire d’une nana qui pète les plombs, en bref.
Un style sec, saccadé, bien tourné. Comme je les aime. Un style qui dévoile une angoisse, un mal-être. Celui de Justine, son propre personnage.
Je n’ai pas eu d’attirance pour son histoire. Pas d’émotion, pas de larme. Trop loin de moi de tout ça. Trop peu palpable.
Pourtant, j’ai envie d’aller plus loin.
Lire ses autres romans.
Lire Mauvaise fille et les autres.
Mauvaise fille est au cinéma. Oui je vais aller le voir.


Interview Justine Levy

Au fait, Justine Lévy n’est pas la fille de Marc Lévy, mais de BHL (Bernard Henri-Lévy, NDLR).
Elle a du talent. Croyez-moi. Elle sait écrire. Elle sait raconter bien que Rien de grave soit un peu décousu.

Bref, Justine, elle est à suivre de près.

Rendez-vous sur Hellocoton !