Séjour à Turin, Italie.

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Turin - Italie

Rendez-vous sur Hellocoton !

Naples, la côte Amalfitaine : vis mes vacances en Italie

Les vacances d’été sont passées, les vacances d’été sont terminées.
Il y a 2 mois, je souhaitais partir à la découverte de la Grèce. Il y a 2 mois, je courais un peu partout, un peu trop même, que j’ai fini par râter la date de fin de réservation du séjour en question. Petit moment d’interrogation : où vais-je partir maintenant ? Irlande, Croatie, Espagne… Et puis pourquoi pas l’Italie ? Choix inattendu, choix de dernière minute, choix sur un coup de tête. J’opte donc pour Naples et la côte Amalfitaine.
Destination inconnue, destination nouvelle.
J’en parle, on me dit que l’Italie va me plaire. Emballée, mais sans plus, je ne sais pas trop à quoi m’attendre.
J’ai seulement cette image en tête des Italiens : des gens qui parlent fort, avec les mains, qui mangent des pâtes et des pizzas. Une image synthétique, vulgarisée par les médias et les on dit.
Quoi qu’il en soit, direction la FNAC pour acheter un guide sur l’Italie du Sud. Me documenter, juste ce qu’il faut. Je n’ai pas à réfléchir, le guide s’occupera de tout. #vismaviedetouriste

Jour J, direction l’aéroport.
12h, après un atterrissage tout juste réussi, me voilà à Naples sous une chaleur étouffante. Hier encore, on me disait que cette métropole était sale et dangereuse. Ce n’est pas faux, ce n’est pas vrai non plus. La vie, elle est plutôt dans la rue. Le linge aux fenêtres, les commérages aux balcons, des familles entières sur un scooter, et le foot au pied de la cathédrale. Entendre les enfants jurer, entendre l’accent chantant des Napolitains. Trouver un charme, ce charme des villes du Sud qui m’est si cher.
Naples, c’est un peu Marseille, Nice et la basse-ville toulonnaise. Naples, c’est aussi une ville qui regorge de richesses culturelles, et de nombreuses églises à l’abandon. A Naples, on voit aussi des hommes en costard, tout en noir, on ne sait pas vraiment qui ils sont. A Naples, on entend les hommes crier dans la rue dès 7 heures du matin, mais surtout à Naples, on prend le café (le vrai) et surtout on y laisse sa monnaie (Comprendra qui voudra).
Puis, direction Capri. Capri, île de débauche, Capri, île libertine, Capri île m’as-tu-vu. Capri, c’est un peu Cassis, Saint-Tropez et Paris. A Capri, on visite, à Capri, on se regarde, à Capri on s’y attache. Capri c’est aussi des villas aux jardins minutieusement entretenus et des oratoires qui dominent chaque habitation.
Alors c’est vrai, en Italie, on ne rigole ni avec la religion, ni avec le foot. C’est sacré. A 6 ans, les petits garçons ont pour idole Maradona et maîtrisent parfaitement les règles du foot.

Nous partons ensuite pour Pompei et le Vésuve. Je ne m’y attarderai guère. Hauts lieux touristiques. Des asiatiques, en veux-tu, en voilà. Trop de photos, un charme tué. Mais pourtant, une vue resplendissante depuis le volcan endormi. Une mer à perte de vue.

Et puis il y Amalfi et Positano la belle. Les glaces, le limoncello, les pizzas et les pâtes. Ses gens, son accueil. Des paysages à vous couper le souffle. Sa mer, et encore sa mer. Des plages (plus que privées tu meurs) à l’eau turquoise, des plages que vous ne voulez plus quitter tellement vous y êtes bien.
Deux villes assez bourgeoises quoi qu’il en soit. Un charme unique, ce charme si propre à l’Italie.

L’Italie du Sud n’est pas l’Italie du Nord, m’avait-on appris au collège. L’Italie du Sud regorge de soleil et de luminosité. L’Italie du Sud, j’en suis tombée amoureuse, en fait. Des plaisirs simples, des plaisirs au travers de ruelles délabrées.
Croiser la Mama de l’hôtel et puis sourire. L’entendre discuter avec ses fils, sourire encore. Redécouvrir le fromage, le vrai. Lait de brebis, lait de chèvre, lait de vache, mais aussi la mozzarella di bufala, le jambon de parme et autres petits plaisirs simples, mais tellement évidents.
La côte almafitaine, on la découvre, on la séduit, on s’y attache. On sourit en repensant à la conduite endiablée des chauffeurs de bus, on rit en buvant un verre de Spritz puis l’on soupire en regagnant l’aéroport.

J’ignorais tout cela de l’Italie. J’ignorais à quel point ce pays m’aurait charmé.
Next : la Sicile et les Pouilles.
Qui vient ? :-)

DSCN2319 WP_20140726_034 DSCN2118 DSCN2120 DSCN2122 DSCN2128 DSCN2129 DSCN2133 DSCN2136 DSCN2142 DSCN2144 DSCN2152 WP_20140720_012 DSCN2157 WP_20140721_004 WP_20140721_009 WP_20140721_012 DSCN2165 DSCN2168 DSCN2170 DSCN2175 WP_20140721_028 WP_20140721_034 WP_20140722_004 DSCN2180 DSCN2182 DSCN2192 DSCN2201 DSCN2211 DSCN2219 WP_20140722_041 WP_20140722_043 WP_20140722_044 WP_20140723_003 WP_20140723_005 WP_20140723_010 WP_20140723_015 WP_20140723_019 DSCN2247 DSCN2253 DSCN2261 DSCN2265 WP_20140724_021 WP_20140724_026 WP_20140724_029 WP_20140725_004 WP_20140725_005 WP_20140725_030 DSCN2291 DSCN2298 DSCN2308 DSCN2309 WP_20140726_025

Rendez-vous sur Hellocoton !