Vos fans sont-ils vos influenceurs ?

Facebook fansIl est de ces articles que tu commences, que tu arrêtes, que tu enregistres en mode « Brouillon », puis que tu ne finis jamais.
Celui-ci doit dater de 2013. Un titre, deux lignes, puis plus rien.
A nouveau une éclaircie, à nouveau une envie de le publier.

Revenons donc à nos moutons : vos fans sont-ils vos influenceurs ?
2010, 2011 et 2012 sont les années phares du recrutement de fans.
Fin 2012, on passe à la viralisation. Vas-y que je sponsorise tes posts pour que ta communauté les voient. Oui, tu as acheté tes fans, et aujourd’hui moins de 8% voient ton contenu. Un peu l’impression de s’être fait escroquer avoir par Facebook. Je ne compte plus le nombre de campagnes média pilotées au reach.
Je ne compte plus non plus le nombre de fois que l’on me demande pourquoi il est impossible de toucher tous ses fans.
Il est, par conséquent, logique de se demander si les fans que j’ai acheté il y a 3 ans maintenant sont vraiment les fédérateurs de ma marque.
Lors de mes nombreuses campagnes ayant pour cibles les Fans, Amis des fans et Centres d’intérêt spécifiques, j’ai pu noter que mon CPC était toujours plus élevé sur… les fans. Comment l’expliquer ? C’est sans parler du taux d’engagement qui reste difficilement supérieur à 1% sur cette même cible.
Je ne mentionne pas non plus les applications Facebook, qui sans médiatisation, rencontre un véritable tollé. Bonjour le temps et l’argent non rentabilisés. Bonjour le manque de tactique des agences créa. Mais surtout bonjour les annonceurs un peu trop naïfs.

Bref, aujourd’hui nous pouvons nous demander quel est le véritable intérêt de notre communauté Facebook.
Pourtant, pour essayer de satisfaire les entreprises, les marketeux proposent des stratégies dans tous les sens : remarketing, offer ad, custom audience, ciblages Acxiom.
« Ciblez directement vos clients » vous conseille les accounts manager Facebook.
Ah, mais maintenant, que fait-on des fans ? Que devient notre communauté ?
De l’argent vous avez dépensé pour recruter, de l’argent vous avez misé pour diffuser votre contenu en espérant des milliers d’interactions, et aujourd’hui on vous promet d’être rentables sur Facebook.

Malheureusement, à l’heure actuelle, j’observe des clients encore frileux sur ce support média.
Recrutement de fans en top 1, Engagement en top 2, Reach en top 3.
Pourtant on vous l’a dit, vos fans ne sont plus pas efficaces, ne sont plus vos porte-paroles.
Bien que j’entende le terme « fans » plusieurs fois par semaine, je reste sur l’idée que les individus ne sont naturellement pas fans d’une marque. Certes, après les avoir mitraillé 10 fois par jour, ces derniers finiront par cliquer sur « J’aime ». Et après ? Après interagiront-ils avec vos contenus ? Iront-ils commenter vos publications ?
C’est là que doivent intervenir les planneurs stratégiques qui vont accompagner les community managers.
Oui oui, et encore oui, les planneurs doivent rester en amont des stratégies Social Media. Définir la cible et le contenu qui lui est le plus adéquat si vous souhaitez obtenir des résultats satisfaisants.
Encore une fois je cite la stratégie de la MAIF qui, sur les réseaux sociaux, communique sur l’importance d’être formé aux gestes de premiers secours. Au vue du succès de ce contenu, la MAIF a entrepris l’échange auprès des enseignants et des associations. A ce jour, c’est plus de 140 000 internautes qui échangent sur des problématiques pertinentes et utiles à tous.
Conséquence : du contenu viralisé à gogo sur Facebook et des internautes engagés pour les causes de cette assurance. Pari réussi, donc.

Achetez des fans oui, mais achetez-les bien. Ciblez-les pour interagir avec eux. Offrez-leur du contenu pertinent et utile.
Plus votre contenu sera intéressant, plus vos fans seront au rendez-vous. Il n’y a donc pas de secret, soyez créatif !

Rendez-vous sur Hellocoton !