Pourquoi je suis Community Manager ?

Voici une question qui nécessite une réponse complète et argumentée.
Community manager fait partie de ces nouveaux métiers qui suscite encore l’interrogation des recruteurs sur sa réelle utilité et surtout sur sa rentabilité.

Etre community manager, c’est savoir jongler avec la communication, la créativité, l’achat média, la rédaction et l’authenticité.

Community manager ou le métier couteau suisse.
Community manager ou le métier qui aura de l’avenir.. ou pas.

Quoiqu’il en soit, le métier de community manager est très à la mode auprès des jeunes diplômés et des passionnées du web 2.0. Cette fonction attire également un bon nombre de blogueurs, dont le profil plait particulièrement aux managers.

Me concernant, il y a encore 5 ans, je ne me destinais point à ce métier.
En effet, j’étais bien plus attirée par l’enseignement, quoi que trop classique ai-je fini par me dire.

Malgré tout, j’ai toujours été attirée par les nouvelles technologies.
Passer des heures sur l’ordinateur, lire des sites, télécharger des photos, envoyer des e-mails… ont occupé les longues heures de mon adolescence.

Mais aimer les nouvelles technologies, ne suffit pas pour devenir community manager

Pour exercer ce métier 2.0, il faut aimer écrire. Je ne compte même pas le nombre d’e-mails, de réponses et de questions que je rédige chaque jour #sansfautedorthographe.

Ouvert d’esprit, le community manager doit se montrer éclectique auprès des diverses communautés qu’il anime.
Par ailleurs, il devra savoir prendre son mal en patience lorsqu’un non-fan le titillera ou lorsqu’un client mécontent tentera de créer un bad buzz sur les réseaux sociaux.

Mais surtout le community manager devra être doté d’un esprit en renouvellement constant afin d’apporter un contenu inédit, original et qui pourra inciter à la viralisation.

Bref, être community manager c’est être à la pointe de la mode afin d’aider les marques à faire parler d’elles sur les supports web et… off-line.

Je m’éloigne, je m’éloigne…

Je suis community manager pour la polyvalence et l’attractivité de ce métier.
Une fonction en évolution constante qui demande aujourd’hui la réalisation de véritables stratégies de communication et de marketing.
J’aime mon travail car les journées ne sont jamais les mêmes (j’ai horreur de la routine !).
J’aime mon travail car je suis régulièrement confrontée à des problématiques inédites. Les réseaux sociaux et les attentes des consommateurs évoluent constamment. Je dois donc m’adapter impérativement à ces changements pour apporter une satisfaction et à mon client et à ma communauté.
Mais surtout, j’aime mon travail, car je cherche quotidiennement à démontrer l’intérêt du community management.
Notoriété, viralisation, capital sympathie, CRM sont les maîtres mots de cette fonction.
Espérons qu’un jour nous pourrons y ajouter « ROI ».

Je ne sais point la fonction que j’occuperai dans 10 ans, 5 ans et 2 ans.
Je ne sais point si les réseaux sociaux existeront encore demain.
Mais je sais que mon métier aujourd’hui m’apporte de multiples compétences que je pensais pas acquérir jusqu’à alors.

Rendez-vous sur Hellocoton !

La journée type du Community Manager

A chacun sa journée type !
Petits, nous avons tous découvert le déroulement des journées du boulanger et du fermier.
Alors pourquoi pas celle du Community Manager ?

Voici donc ce que pourraient être les folles journées de cet expert des réseaux sociaux… Vos remarques seront les bienvenues. :-)

7h00/8h00

A son lever, le Community Manager devra checker ses mails. Des urgences sont-elles tombées dans la nuit ? Il prendra également le temps de parcourir les newsletters quotidiennes Strategies.fr et CB News.

8h00/9h00

Pendant son trajet (transports en commun notamment), le Community Manager fera sa veille matinale sur Twitter et Facebook, mais aussi sur les sites d’actualité. Oui l’expert Social Media doit avancer avec son époque ! De même, il prendra le temps de s’envoyer sur sa boite mails les articles qu’il souhaite lire avec plus d’attention.
S’il blogue, il jettera un oeil à ses commentaires, statistiques et prendra le temps de saluer ses lecteurs.

9h00/11h00 

Arrivée sur le lieu de travail (Agence de publicité généralement).
Etape n°1, vérifier ses Pages, comptes Twitter et autres réseaux sociaux où sont présentes ses marques.
Répondre aux questions des internautes, masquer les commentaires dérangeants, appeler ses clients pour faire un point si besoin est.
Tu gères des campagnes de publicité ? Alors tu suivras l’évolution de ton CPC et de ton CPF histoire de ne pas exploser ton budget.
Puis, tu continueras ta veille matinale. Netvibes reste ton meilleur allié pour suivre les sites et blogs de marketing.

11h/12h30

Les premières réunions de travail commencent, direction la salle de réunion.
N'oublie pas de défendre tes idées et tes recommandations.
Sois explicite auprès de tes clients et expose-leur clairement les choses. Ok, on fait de la pub, mais n'oublie pas que même ton client a des comptes à rendre à sa hiérarchie.
Si besoin, réexplique l'importance des réseaux sociaux, des blogs et leur référencement naturel.

Vers 12h, tu t’occuperas à nouveau de tes médias sociaux. Poster les messages, vérifier que ces derniers interpellent tes communautés et surtout que ça like, partage et commente.

Bref, fais du bruit.

14h00/17h00

C’est l’heure de faire tes propales et de briefer tes prestas.

Innover doit être ton mot d’ordre.

Jamais tu ne copieras du déjà vu.  

N’oublie pas que tes clients aiment l’inédit et la découverte.
Si tu manques d’inspiration, pense au brainstorming avec tes collègues.

L’union fait la force m’a-t-on souvent dit. 

Tu penseras quand même à jeter un oeil à tes comptes.
Prends le temps de faire des réponses claires et concises même si tu es dé-bor-dé (« vis ma vie en agence »).
Rappelle-toi que le Community Manager est une personne rigoureuse dans ton travail. Tu y gagneras des heures précieuses.
Crois-moi sur paroles.

17h00/19h00

Fin de journée = dernière réunion.
Non tu n’es pas (encore) fatigué, tu es un warrior. Continue d’innover, d’écouter les autres et de dire ce que tu penses.
Même si le métier de Community Manager est encore novice, tu as toi aussi le droit en tant que salarié de partager tes remarques.

Il reste une heure pour boucler ta propal, faire un point avec ton commercial, rappeler tes presta, et surtout répondre aux mails de tes clients.

19h00. Tu peux éteindre ton PC et rejoindre tes amis blogueurs (ou pubards !). :-)

Alors, qui est dit que le Community Manager passait sa journée sur Facebook ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un Community Manager ne travaille jamais sans…

Afin d’optimiser mon travail, j’ai créé une boite à outils dans laquelle je range tout ce qui peut me servir dans mon quotidien.

La boite à outils ne doit pas être un range-tout. Dans ta boite à outils, tout devra être en ordre afin de retrouver en quelques clics le document que tu cherches.

N’oublie pas, le CM est une personne organisée, carrée et réactive dans son travail. Toute tâche doit à la fois être effectuée de manière rapide et minutieuse.

Qui dit réactivité dit aussi veille régulière sur les nouveautés du web 2.0, mais aussi sur les leviers marketing, le brand content, les concurrents, les secteurs d’activité pour lesquels le community manager travaille, etc.

Pas de veille, pas de community management. Pas de community management, pas d’animation. Pas d’animation, pas de visibilité.

C’est simple, le community manager doit connaître la marque pour laquelle il collabore sur le bout des doigts afin d’avoir toutes les clés pour bien animer sa communauté, communiquer une information exclusive et surtout pour raconter une histoire aux internautes.

Grâce à la veille, le CM se tient au courant des nouveautés 2.0, découvre ce qui marche… et ce qui plante, et surtout propose à ses clients de nouvelles ficelles pour être plus performants sur les réseaux sociaux.

Côté réseaux sociaux, le community manager doit impérativement être sur Twitter et Facebook. Pourquoi ?

  1. Faire sa veille
  2. Suivre les évolutions de ces deux réseaux sociaux (Surtout Facebook !…)
  3. Rejoindre des groupes de discussions sur le métier de CM et le web 2.0
  4. Suivre les actualités de ses copains marketeux, CM, CR, planneurs, et cie
  5. Se tenir au courant des actualités des agences/entreprises concurrentes
  6. Observer les techniques d’animation des autres CM

Pas de Facebook, tu n’es pas CM.
Pas de Twitter, tu seras toujours en retard dans ton travail.

Alors c’est vrai, il y a beaucoup de choses à noter, retenir, mémoriser dans la vie d’un community manager.
Je ne dis pas que c’est évident, et c’est pourquoi j’ai moi-même un Scoop.It ainsi qu’un carnet de notes où je regroupe toutes les informations importantes que je risque d’oublier un jour où l’autre.

Articles de fond ultra intéressants et chiffres clés prennent place sur le Scoop.It (désolée je ne vous communiquerai pas l’URL).
Formules, calcul et autres informations de ce type sont soigneusement notés dans mon carnet de notes (les chiffres ont toujours eu du mal à m’adopter).

« Prends des notes, sinon tu vas oublier »

C’est une phrase qu’on a dû vous répéter X fois, non ? Il ne faut point avoir honte d’être une tête de linotte.
D’ailleurs, qui aujourd’hui au travail ne se promène plus sans son précieux carnet ? :-)

Pour continuer dans la lignée des chiffres, nul professionnel du webmarketing n’est censé ignoré qu’il est désormais possible de réaliser des campagnes de publicité sur Facebook, Twitter, Linked In, les blogs, etc.
Par conséquent, le CM doit avoir un minimum de notions dans le domaine de l’achat média. Toutefois, c’est encore mieux si tu peux en faire toi-même.
CPC, CPM, CPF, TDC et cie doivent devenir tes amis.
Non je ne suis pas ironique lorsque j’écris cela, je t’informe juste que l’achat d’espace de publicités sur Facebook va devenir incontournable si tu veux que tes marques soient visibles sur la plateforme ! Mais ceci est une autre histoire…
Ainsi, les acheteurs média devront être tes amis, et non pas tes ennemis… Puisque le community manager va devenir son bras droit. Mais ceci est encore une autre histoire…

Ne soyez pas dupes, le contenu ne suffit plus, bien qu’il soit important. Le contenu doit continuer à s’associer à l’achat d’espace. Et Facebook a très bien compris comment combiner ces deux leviers.

Comme je le mentionnais dans mon article sur le métier de community manager, certains nous considèrent comme les futurs dir’ comm. Personnellement, je n’y crois pas vraiment.
Au contraire, j’ai plus été convaincue par cet article, rédigé par Loïc Chauveau, qui conclut avec ce graphique :

Comme je l’expliquais précédemment, j’ajouterais la casquette d’acheteur média. :-)

Alors non, le CM ne sera pas à un planneur stratégique à part entière mais doit collaborer avec lui de manière très régulière afin de mettre en place la stratégie à employer sur les réseaux sociaux, le contenu à diffuser et surtout les objectifs à fixer.

Enfin (oui enfin !), le CM prendra le temps de communiquer avec les équipes commerciales pour que ces dernières comprennent parfaitement le rôle et les objectifs du community management.

On ne vend pas sans comprendre. On vend lorsqu’on maîtrise.

Non seulement, le CM devra expliquer l’intérêt de Facebook et cie mais aussi montrer les différents mécanismes à mettre en place.
Bien sûr, les KPIs devront être définis ensemble et non pas à la-va-vite au risque de se retrouver dans une impasse… :-)

Bref, être community manager, c’est savoir maîtriser aussi bien Facebook, que les règles grammaticales, les chiffres et les discours de marque !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je suis community manager et toi ?

Community manager, encore un métier avec un nom pas français ! :-)

Un métier venu sûrement tout droit des Etats-Unis.
Un métier, ou plutôt une fonction, que l’on confiait uniquement aux stagiaires.
Un métier qui aujourd’hui demande de multiples compétences, et pas des moindres !…

Pour ceux qui ne surfent pas sur la vague web, je vous renvoie directement à cet article pour comprendre le rôle du community manager.

L’ancêtre du community manager est, semble-t-il, le modérateur/animateur de forums et des communautés diverses que nous pouvions trouver à la naissance du web 2.0.

Aujourd’hui cet animateur doit assurer la bonne image de son entreprise ou de ses clients sur le web. Par web, on va entendre en 2012 les réseaux sociaux, les blogs, les forums de discussions, etc.
En effet, les internautes n’hésitent plus à donner leurs avis sur les marques et produits. Le community manager a alors pour mission de « surveiller » le bruit émis sur ses clients et doit intervenir en cas de « bad buzz ».

Certains professionnels vont jusqu’à dire que le community manager sera le futur dir’ comm’ de l’entreprise.

Mais le community manager c’est aussi celui qui produit du contenu, qui interagit avec les internautes (et les fans !) et qui crée le buzz sur les interfaces adaptées.

En terme de stratégie réussie, nous pouvons citer Oasis qui connait un véritable succès sur sa Page Facebook.

Mais le rôle du community manager ne s’arrête pas à la gestion de l’e-réputation de la marque.

En effet, le CM (pour les intimes !) peut avoir pour responsabilité de gérer des campagnes de publicités (Facebook Ads notamment), ce qui lui demande des connaissances en marketing, mais aussi des compétences en rédaction et création car il peut être amené à créer les publicités.

Le CM c’est aussi celui qui va raconter une histoire aux internautes (storytelling) avec l’aide du planning stratégique.
Raconter une histoire pour vendre la marque mais aussi pour séduire les internautes, les fidéliser et attirer les prospects.

Mais surtout le community manager, c’est celui qui sait établir le dialogue, écouter les plaintes et réclamations de la communauté, trouver des solutions afin de montrer que la marque est extraordinaire. On appelle cela le social-CRM, mais ceci est autre histoire !… :-)

Bref, community manager c’est mon métier !

CM, j’y suis arrivée un peu par hasard.
Je ne m’y étais pas destinée lorsque je suis sortie de la fac.
Vous me direz, le métier n’existait pas encore ! :-)

Mais peu à peu je me rends compte que ce métier permet de diversifier mes compétences tout en me demandant d’être rigoureuse et polyvalente dans mon travail.

Des community managers, on en trouve surtout en agence et chez l’annonceur.
Le CM doit à la fois maîtriser la marque pour laquelle il travaille et constamment innover dans les domaines du marketing, du contenu et de l’animation.
Voici un métier qui vous demande d’être créatif, réactif et curieux !

Community manager ou le métier à ne pas mettre entre toutes les mains vous diront certains.

Des modèles ? Oui j’en ai, bien sûr ! Comme tout le monde, non ? ;-)

Je citerais notamment Tanguy de Bouygues Telecom, Marine de Danette et Céline de WikioGroup.

Ces personnes ont des compétences différentes, certes, mais elles véhiculent une image dynamique et sympathique des marques pour lesquelles elles collaborent.

Mais finalement, le community manager n’est-il pas la mascotte de l’entreprise ? La personne qui va en premier lieu être exposée aux yeux des internautes et personnes influentes sur la toile ? A vous de juger !

Rendez-vous sur Hellocoton !