A 20 ans puis à 30 ans

Oui et alors ? :)

Oui et alors ? :)

20 ans, puis 30 ans. Presque une autre envie. Des envies diverses, des besoins différents.
Petit résumé des choses qui ont changer en 10 ans dans ma vie.

Le travail (et les études)

 A 20 ans, on suit des études littéraires. Parce qu’on a envie de travailler dans l’enseignement, parce qu’on a lu tout Zola, Victor (Hugo) et on dévore la poésie de Nerval.

A 20 ans, on ne se soucie pas trop de l’avenir. On vit au présent, on ne pense pas au chômage.

A 30 ans, on cherche à se stabiliser dans sa vie professionnelle. Parce que ça y est, on a trouvé ce qui nous plaît, nous convient et nous permet de nous épanouir.
Des entreprises on a en vu plusieurs. Des portefeuilles clients aussi.

Le mode de vie

A 20 ans, on rêve d’une vie de bohème, de partir à la capitale (comme Rastignac) et de bruncher tous les dimanches. Alors oui, j’ai eu une vie parisienne très riche en expériences (merci à vous, au blog). Mais Paris reste Paris. Une ville polluée, chère et grouillante de monde. On finit, un jour par rêver de calme.

A 30 ans, on a envie d’une maison avec un jardin. Pensons à la descendance.
A 30 ans, on veut investir dans la pierre pour s’installer pour de vrai.

Les amis

A 20 ans, on dit avoir plein d’amis. Plein d’amis pour sortir tous les week-end. On sympathise et on aime tout le monde.

A 30 ans, on réalise que les amis, les vrais, on les compte vraiment sur les doigts de la main. Ils se reconnaîtront. Je n’en doute pas.

La famille

A 20 ans on préfère passer du temps avec ses amis. On se dit qu’on a la vie devant nous. Les repas de famille, oui mais de temps en temps. On aurait préféré passer l’après-midi avec Pierre, Paul et Jacques.

A 30 ans, on réalise que l’humain n’est pas éternel. Que les proches s’en vont un à un. Alors on tâche de passer le plus de temps possible avec eux. Parce qu’on en a besoin, parce qu’ils en ont besoin.

L’hygiène de vie

A 20 ans on s’en moquait un peu. Beaucoup. On mangeait n’importe quoi.

A 30 ans, bourrage de crâne oblige par les médias, on pense « healthy », trois heures de sport par semaine (minimum), fruits et légumes frais, viandes maigres. Bref, on se raisonne, on prend conscience que la santé est primordiale.

L’avenir

Il y a 10 ans, en 2006, nous n’avions pas eu deux attentats en France. Nous n’entendions pas parler de terroristes sur notre territoire. Il y en avait, certes, mais loin de chez nous. On n’y prêtait pas vraiment attention, en fait.

10 ans plus tard, nous vivons sur nos gardes, nous tâchons de ne pas céder à la panique.
Il y a cinq mois, je me réveillais la nuit. Les cauchemars du 13 novembre.

J’espère, en fait, que dans 10 ans, la vie dans le monde, sera plus apaisée.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cette vingtaine que tu quittes

30ansCette idée vient de me traverser l’esprit. A l’instant. Se rendre compte qu’une page se tourne. Se rendre compte que l’on a changé en 10 ans. Mais surtout, vers la fin, là, depuis 2 ans.
Des chemins qui se séparent, ces chemins qui en disent long. Ressentir cette différence. Cette éducation que nous avons tous reçue. En fait elle est bien éloignée, cette personne. Nous ne sommes plus vraiment sur la même planète. Nous n’avons plus les mêmes intérêts. Nous ne grandissons plus de la même manière, malheureusement.
J’ai parfois envie de dire « Pour toujours », parfois « C’est fini, on arrête là ». Nous n’avons pas à nous remettre en question. C’est peut-être la vie qui veut tout cela de nous. Nous riions pour les mêmes bêtises il y a 5 ans, aujourd’hui nous ne comprenons plus le raisonnement de l’une et de l’autre.
C’est étonnant de sentir ce tournant de la trentaine arriver. Doucement il s’immisce dans votre vide, doucement il fait son nid et vous chuchote ces choses que vous ne comprenez pas encore.
Bref, dans 6 mois j’ai 30 ans. Mais je vois encore du gris. Je ne sais pas trop où je vais, je ne sais pas où la vie veut me mener. J’ai un peu peur parfois.
Puis je me dis qu’il serait vraiment temps d’avancer. Quitter mes caprices de jeune femme, grandir avec d’autres envies. Apprendre à prendre du recul sur certaines choses, apprendre à s’aimer tel qu’on est, apprendre que l’on ne sauvera pas la planète à nous toute seule malheureusement.
C’est un questionnement aujourd’hui. Peut-être un peu perdue, mais ce besoin de faire le ménage nécessaire autour de moi.
Plus jeune, on me disait que je rencontrerai des gens toute ma vie. Parfois du mal à le croire. Cette routine m’étouffe. J’ai besoin d’ailleurs, besoin de rencontres. Je sais qu’elle se cache, pas loin, juste ici. Elle ne devrait pas tarder.

Rendez-vous sur Hellocoton !