J’écoute, je regarde… #01

 

Orange is the new black

Orange is the new black

 

Homeland

Homeland

 

Spotify - Playlist Concentration maximum

Spotify – Playlist Concentration maximum

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Quand les youtubeuses se mettent à l’heure du livre

Livre : « Ouvrage imprimé, relié ou broché, non périodique, comportant un assez grand nombre de pages. » (cnrtl.fr)
Vidéo : « Technique ou ensemble de techniques permettant la formation, l’enregistrement, le traitement, la transmission ou la reproduction d’images de télévision ou d’images analogues ou de signaux occupant une largeur de bande comparable sur un écran de visualisation. » (cnrtl.fr)

Les marketeux spécialisés dans le digital n’ignorent point qu’aujourd’hui il est devenu courant de passer du online au offline.
La preuve avec les youtubeuses qui écrivent leur livre. Du virtuel au presque réel.
Un effet de mode bien sûr. Un effet de mode qui nous vient tout droit des Etats-Unis.
Puis, dans l’Hexagone, on a vu Enjoy Phoenix sortir « Enjoy Marie » il y a un peu plus d’un an. Retour en vidéo.

J’ai lu ce livre. Un contenu autobiographique. Rien de vraiment transcendant. Bouquin vite revendu en fait.
Et puis en 2016 on a vu d’autres youtubeuses et blogueuses arriver sur le marché du livre.

Des contenus intéressants finalement

caroline safia fourchette et bikini

J’ai acheté en 2016 « The Book » de Caroline et Safia mais aussi « Fourchette & Bikini, le bien-être à votre portée ».
Je me suis laissée séduire car cette fois-ci la ligne éditoriale n’était pas autobiographique mais plutôt conseils pratiques axés sur le quotidien des jeunes femmes.
L’un comme l’autre, pas de déception, un contenu bien rédigé, pertinent et accessible à toutes. Surtout, ce sont des ouvrages que je vais pouvoir consulter quand j’en ai besoin, puisqu’on y trouve des recettes de cuisine, des exercices physiques et plein de conseils pour se faciliter la vie.
Bref, je recommande x 1000. :)

fourchette et biki caroline safia the book caroline safia the book fourchette et bikini

C’est pour qui ?

Bon on sait tous que les youtubeuses sont très suivies par les adolescentes. Or, lorsqu’on lit le contenu de leurs livres, on voit bien que les rédactrices cherchent à toucher une autre cible. Je dirais les 20/40 ans.
Presque logique je dirais. Une volonté d’élargir le panel d’abonnées tout simplement.
Car oui Youtube reste un média jeune, principalement utilisé par les… jeunes.
Peut-être avez-vous déjà consulté quelques vidéos des youtubeuses, mais vous apprécierez le professionnalisme des contenus (or vlogs bien sûr). On décèle ainsi cette envie de toucher les jeunes adultes, indépendantes, déjà sur le marché du travail.

Un effet de mode ?

Bien sûr, elles s’y mettent toutes. Elsa Make Up, Je ne suis pas Jolie, Andy, Natoo et cie.
Tout est marketé. Un contenu adapté, des couleurs girly, des dédicaces, des teasings, des meet-up et des concours.
Tout pour vendre en fait. Mais ne dit-on pas que c’est le jeu pour réussir ?
Alors bien sûr, ces ouvrages seront imprimés en plusieurs milliers d’exemplaires ; les maisons d’édition sachant que le lectorat est déjà là et attend impatiemment la sortie des livres. Impossible de faire un échec.
Toutefois, il n’est pas certain que des suites suivront. Juste un coup de pub, juste un effet de mode.
Après ? Peut-être verra-t-on fleurir des lignes de vêtement, de maquillage comme l’ont déjà fait Enjoy Phoenix et Elsa Make up. Affaire à suivre. Affaire passionnante à suivre.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une vie sans Internet

mediasInternet, le Web, les Internets, c’est déjà la moitié de ma vie. Oui 15 ans.
15 ans que je surfe, sur-surfe, clique, actualise, envoie, écris, upload, et j’en passe.
C’est fou comme les Internets ont pu revoir notre vocabulaire. C’est sans parler de l’intrusion des réseaux sociaux dans notre vie de tous les jours. Facebook par ci, Facebook par là, et puis Twitter « Oui je twitte, et toi ? C’est quoi ton pseudo ? », et puis Instagram « Han mais trop belles tes photos ! ».
Un brin ironique je suis, mais totalement lucide car j’ai bien conscience qu’aujourd’hui c’est grâce à ce nouveau média que je peux manger tous les jours, payer mon loyer, mon électricité et partir en voyage comme je le fais depuis peu.

Mais aujourd’hui je me pose cette question : qu’aurais été ma vie sans Internet ?
Il y a 7 ans, je souhaitais m’investir dans l’enseignement. Des années qu’elle m’a travaillée cette idée. Et puis j’ai changé. J’ai changé d’avis, de projet,  d’intérêt. Plus envie, des doutes, des peurs, l’angoisse de ne pas être au niveau.
Un soudain besoin de changement de situation, de créativité, d’étonnement. Puis j’ai choisi le Web.
On doutait, on ne me faisait pas confiance. On avait peur, on pensait que j’allais droit dans le mur.
Et pourtant, aujourd’hui « tout va bien ». Certes, je reste vigilante, certes, je reste humble. Tout peut basculer, je le sais fort bien.

Sans le Web, je ne sais pas si j’aurais fini à Paris. Sans le Web, je ne sais pas si j’aurais ma vie d’aujourd’hui. Peut-être même que je n’écrirais pas ce blog (Non mais 4 ans et demi déjà !).
Peut-être que mon destin aurait été l’ad-mi-nis-tra-tion. Comme Papa et Maman. Oui mais non, je ne crois pas que cela m’aurait permis de m’épanouir. Trop « carré », pas de créativité. Trop pas.

Et puis, peut-être, qu’au fond, mon destin c’était la pub.
« Sophie dans la pub ». Certains, d’un rire moqueur, s’étonnaient de mon emploi. « Tu n’as pas la personnalité », « C’est pas pour toi ». Et pourtant, aujourd’hui je ne regarde pas l’heure, je ne vois pas les journées passer. Bon c’est vrai, elles sont parfois trop courtes !…
Mais cette publicité qui vous spamme quotidiennement, moi elle me rend heureuse. Parce que je vous bourine d’impressions et de clics. Je fais tout pour que vous likiez mes pubs Facebook, que vous cliquiez du premier coup sur mes Adwords et surtout pour que vous achetiez TOUS les produits de mes clients pour avoir le CPA le plus bas possible.
Bref, aujourd’hui, j’ai la chance de ne pas m’ennuyer dans mon travail. J’ai la chance de pouvoir faire travailler mes méninges.

Les Médias, finalement j’y suis arrivée par hasard. Ce n’était pas un but. Je voulais travailler dans le web, c’est tout. Puis finalement ça me passionne. J’ai pas envie de changer. J’ai même envie d’aller plus loin. Faire un tour dans le off-line. Si si, je le veux, alors j’y arriverai, quoi que mon entourage dise. Mon profil est atypique, alors continuons dans ce sens.

Ces jours encore, j’étonne. J’ai fait Lettres. Je fais des Chiffres tous les jours. Des fois je m’y perds, un peu. Des fois j’ai du mal. Je bloque. Les maths et moi, on n’a jamais vraiment été potes. Et pourtant, pour me faire plaisir, pour avancer dans mon métier je me fais violence. Je comprends, pas trop vite, juste ce qu’il faut.

Alors oui, Maman, les maths c’était important au collège et au lycée, mais tu vois aujourd’hui je m’en sors avec mon cursus littéraire. Même s’il faut me répéter parfois dix fois les choses, elles finissent par rentrer.

Mais non, je n’oublie pas, la rigueur et la sensibilité acquises à la fac. Ces dissertations interminables où j’aimais m’égarer. Cet ancien français que je ne pouvais plus avaler. Mais mon Dieu, au fond, ça m’amusait de décliner Caballum du latin au français moderne.

Bref, je ne regrette rien, je ne regrette pas la fac, les amphis, les disserts, les lectures jusqu’à tard le soir, la Maitrise aixoise, Sorel et son Histoire comique de Francion.

Veni vidi vici.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vis ma vie en agence de pub

Nous sommes le 15 mai.
Je me suis dit que c’était un bon jour. Un bon jour pour me remettre à écrire, à vous écrire.
Absente en ce moment. Peu de temps, peu de motivation.
Je ne parle pas des articles anti-datées pour masquer les trous.
Difficile d’écrire, difficile de raconter des histoires.
Assez préoccupée. Préoccupée par un travail très prenant bien qu’il me passionne. Pourtant je relativise, je ne sauve pas des vies, j’achète juste des clics et des impressions pour être visible, pour générer des ventes, pour satisfaire mes clients.
Il y a un an je rédigeais des plannings de contenus, aujourd’hui je passe mes journées à réaliser des tableaux croisés dynamiques, des optimisations et des CPC.

Vis ma vie en agence de pub
Faut pas chercher à comprendre, je n’aime pas la routine. Je suis curieuse, j’ai constamment besoin d’apprendre.
Merci les Internets, que j’ai envie de dire.
Je ne sais pas de quoi sera fait demain. Je ne sais pas si je serai encore là où je suis.
Il y a eu des déceptions, mais aussi des révélations. Des périodes difficiles bien sûr, mais aussi des réjouissances.
La pub est milieu aléatoire, parfois cruel, parfois révélateur.
Mais pourtant, je m’y épanouis pleinement. J’ignore quel métier j’aurais pu exercer si la pub n’existait pas.
Eh oui j’ai fait la fac, eh oui j’ai fait Lettres.
Souvent on me regarde avec les gros yeux. Oui, avec ces études j’ai réussi à avoir un métier.
Ecole de commerce ou autres, du moment où tu es motivée, tu trouves un boulot, un vrai.
Aujourd’hui j’achète des clics. Je ne sais pas ce que j’achèterai demain, après-demain et encore moins dans 10 ans.
J’étonne souvent les gens lorsque je les informe que je travaille dans la publicité. Ma personnalité ne semble pas y coller. Et pourtant, dans ce milieu, comme dans les autres, on te demande juste de travailler, de mener à bien tes missions. Pas d’excentricité et de m’as-tu-vu. C’est fini tout ça, je pense…

Rendez-vous sur Hellocoton !

[Pub] Orangina est toujours là !

Les nostalgiques de la publicité Orangina rouge sont nombreux. Une pub qu’on a vu et revu et que l’on connaît par coeur.


Pub Orangina rouge – la trilogie

Orangina, c’est aussi une chaîne Youtube composée de nombreux spots de pub.

Pour le lancement de ses nouvelles publicités vidéos, Orangina a convié tout le Beau Paris à l’Electric, Porte de Versailles.

Au programme de la soirée : atelier maquillage, photos, dégustation de cocktails Orangina, musique et copinages.
Aperçu en images.

Soirée Orangina à l'Electric

Soirée Orangina à l'Electric

Soirée Orangina à l'Electric

Soirée Orangina à l'Electric

 

Rendez-vous sur Hellocoton !