Gemma Bovery, ou la muse de Fabrice Luchini

GEMMA BOVERYGemma Bovery – Synopsis : Martin est un ex-bobo parisien, reconverti plus ou moins volontairement en boulanger d’un village normand. De ses ambitions de jeunesse, il lui reste une forte capacité d’imagination, et une passion toujours vive pour la grande littérature, celle de Gustave Flaubert en particulier. On devine son émoi lorsqu’un couple d’Anglais, aux noms étrangement familiers, vient s’installer dans une fermette du voisinage. Non seulement les nouveaux venus s’appellent Gemma et Charles Bovery, mais encore leurs comportements semblent inspirés par les héros de Flaubert. Pour le créateur qui sommeille en Martin, l’occasion est trop belle de pétrir – outre sa farine quotidienne – le destin de personnages en chair et en os. Mais la jolie Gemma Bovery, elle, n’a pas lu les classiques, et entend bien vivre sa propre vie…

On a vu Luchini dans « Les Femmes du 6e étage », « Dans la maison » ou encore « Paris ». On se souvient d’un personnage observateur, vrai, extraordinaire, mais parfois un peu rêveur et manipulateur.
Certains auront connu Gemma Arterton dans « Tamara Drewe » comédie britannique produite en 2010. Déjà, Gemma nous fascinait par sa beauté et sa personnalité atypique.

GEMMA BOVERY GEMMA BOVERY GEMMA BOVERY GEMMA BOVERY

 

Voilà donc Fabrice et Gemma réunis dans « Gemma Bovery« , film tourné dans le fin fond de notre Normandie.
Un boulanger ex-bobo-parisien, une boulangerie, un village tranquille et l’arrivée de Charles et Gemma Bovery. Voilà, le décor est planté.
Gemma Bovery… Ou le doux écho à l’oeuvre de Flaubert, au célèbre personnage ennuyant d’Emma Bovary.
Martin (comprenez Luchini) se plait alors à imaginer Emma au travers de Gemma dans une version XXIe siècle.
S’installe alors une fascination presque malsaine de la part de Martin. A la fois omniscient, interne, puis externe, le narrateur se plait à faire avancer ses personnages tels des pantins.
Mais au fond, il ne se passe pas grand chose. Nous ne découvrons que la triste vie de Gemma et les relations qu’elle entretient avec ses amants.
Pourtant, dans ce film où il ne se passe pas grand chose, le spectateur assiste à une véritable mise en scène de « Madame Bovary » grâce à des personnages fabriqués sur mesure, particulièrement ressemblants à l’univers flaubertien.
Pourtant, Gemma n’incarne pas seulement cette femme devenue un caractère universel. Emma devient en Gemma une véritable muse.
L’attention se concentre sur elle au travers des plans, des images d’ombre et de lumière, et de ces hommes qui en perdent la raison (vous comprendrez en voyant la fin).
Gemma, c’est celle qui empêche Martin de pétrir son pain et qui éveille sa libido éteinte depuis 10 ans.
Gemma, c’est celle qui fascine les hommes du voisinage.
Mais Gemma c’est surtout celle qui mène le scénario jusqu’à une fin moins qu’attendue.

Au travers de « Gemma Bovery« , renait Emma Bovary au travers de la Normandie, au travers de la caméra d’Anne Fontaine. Certains souriront face aux réactions d’un Luchini dévorant des yeux la belle Gemma, certains seront émerveillés par la créature devenue réelle qu’est Emma.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts with Thumbnails

Laisser un commentaire