Rendez-vous chez La Cantine Max y Jeremy

Strasbourg Saint-Denis. Un quartier de Paris que je ne fréquente guère, il est vrai. Pourtant, théâtres de boulevards et bistrots s’y côtoient à chaque coin de rue. D’ailleurs, à y regarder de plus près, on y découvre des restaurants africains, asiatiques ou basques. Oui, oui basques, dans ce ce coin dit « populaire ».
Longeons donc la rue du Faubourg Saint-Denis jusqu’au n°75.  » La Cantine Max y Jeremy » y lit-on, LE bistrot à tapas du moment. Les premiers arrivés se sont bien sûr installés sur la terrasse chauffée et commandés quelques tapas.
Des tapas basques, authentiques, originaux et fais maison, sous vos yeux.
Et puis, il y en a pour tous les goûts, croquetas, tartare de saumon, pan con tomate, gyozas ou même des accras moresque (mes préférés en fait ) !
La Cantine Max y Jeremy vous propose aussi du sucré : panna cotta oreo, moelleux coeur samba ou fabulous cheese cake. Oui oui, je vous vois déjà baver derrière votre écran. ;-)
Pour la petite histoire, Maxime Gues et Jeremy Gatelet ont ouvert leur premier bistrot dans le quartier Montorgeuil avant d’aller s’implanter dans le 3e. Puis, le succès étant au rendez-vous, les deux acolytes sont donc partis à la conquête du faubourg Saint-Denis.
En plus des tapas, Max et Jeremy vous propose une carte de vins du monde entier… Et pour l’accompagner, rien de mieux qu’une belle côte de boeuf de Galice sélectionnée par le pape de la viande au Pays Basque : Imanol Jaca ! Du bon niveau, donc ! :)
Conquis ? Découvrez cette dernière bonne adresse en images !

La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy La cantine max y jeremy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Théâtre : Amour sur place ou à emporter

La vie parisienne rime sûrement avec bouchons, pollution, touristes, mais aussi musées, cosmopolite, bobo, fille à chat, shopping et théâtre.amour sur place ou à emporter

De boulevard. Oui théâtre de boulevard. Je ne pourrais lister les noms des pièces que j’ai pu voir jusqu’à présent. Il y en a eu des bonnes et des moins bien. De sacrés fous rires ou un ennui à compter les secondes. Bref, Paris est tellement riche culturellement parlant que dans tous les cas vous pourrez trouver pièces à votre humeur.
La dernière dont j’ai entendu parler n’est autre que « Amour sur place ou à emporter » qui prend place au Théâtre du Gymnase.

[Synopsis : Ils se sont rencontrés sur Facebook, pourtant tout les oppose. Ils vont cependant essayer de s’aimer, pour un soir ou plus… Amour sur place ou à emporter le premier « Boulevard Moderne ».]

Tiens, l’éternel thème de l’amour en ligne. C’est la mode, tellement mode que certaines chaînes télévisées y consacre des reportages entiers.
Moi, ce n’est pas mon truc. Je ne m’attarderai donc pas sur le sujet.
Pourtant je rencontre de plus en plus de personnes ayant trouvées leur âme soeur sur le web.
Je vois certains d’entre vous sourire, rire. Oui ça existe, même que ça se termine en mariages…
Mais pour en faire votre propre avis, rien de mieux que d’aller voir « Amour sur place ou à emporter ». Attention réservez vite, les places partent comme des petits mains. :-)

Trois mots sur Ticketac.
Ticketac, c’est un site internet de réservation de places de spectacles. Il y en a pour tous les goûts, pour tous les âges. L’avantage ? Réductions à gogo, satisfaction client 100% et surtout la possibilité d’offrir des cartes cadeaux.

Rendez-vous sur Hellocoton !

(En)jeux de société à la Gaîté Lyrique, Paris

Il n'est pas toujours un sujet d'actualité, et pourtant le jeu fédère de nombreux Français. Je ne joue que peu. Manque de temps sûrement. Et pourtant, le jeu peut mener à des débats intéressants.
Le jeu est, en France, principalement représenté par la Loterie Nationale qui fête d'ailleurs ses 80 ans. Aussi, depuis 3 ans, la FDJ encourage des travaux de recherche en sciences humaines et sociales dans le domaine du jeu en soutenant le Forum Jeu & Sociétés piloté par les universités Paris Descartes-Sorbonne Paris Cité (laboratoire CERLIS) et Paris 13-Sorbonne Paris Cité (UFR LSHS).

Pour aller plus loin, la FDJ, lors de tables rondes, souhaite échanger sur le Jeu avec le grand public. Le thème : (En)jeux de Société
Les sujets abordés : Faut-il croire à sa chance ?
Quel rôle joue le hasard dans notre vie ?
Qui ne risque rien n’a rien ?
Des discussions particulièrement ouvertes et accessibles. Bien sûr toute personne pourra assister à ces tables rondes et suivre les échanges qui auront lieu le 11 décembre de 9h30 à 13h à la Gaïté Lyrique, Paris 3e.
Les participants auront la possibilité d'échanger avec des invités d'exception : le philosophe Raphael Enthoven et le journaliste sportif et animateur Denis Brogniart.

Pour un événement encore plus complet, les tables rondes seront suivis d'une exposition sur la thématique du jeu, gratuite et accessible à tous jusqu'au 15 décembre. Bonne idée pour découvrir cet univers des milliers de Français !

Pour participer, rien de plus simple, il suffit de vous rendre sur www.enjeuxdesociete.fr. Bonnes discussions !


Article sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le Lido, majestueuse scène féérique de la Ville-Lumière

Lido - ParisParis, Paris, Paris.
Paris j’y vis, Paris je la vis.
Paris je la hais aussi.
Mais Paris je l’admire.
Mes origines font que je suis un peu parisienne. Mais vraie parisienne je ne suis pas.
Parisienne working-girl, parisienne touristique, parisienne de passage je suis.
Paris ville romantique, Paris ville de mystère, Paris ville de spectacles.
Paris et  sa magie illuminent vos soirées.
Ces soirées que l’on n’oublie pas, au coin d’une rue, au fond d’un restaurant ou devant une scène de spectacle.

Paris et sa richesse culturelle m’ont toujours fascinés. Musées, monuments, expositions, opéra, concerts mais aussi les cabarets.
Qui dit cabaret, dit Lido !

Non, je ne mens pas, mais j’ai eu l’honneur d’être invitée par les équipes du Lido (Merci Eric Lanuit) à vivre une soirée féérique à leurs côtés.
Des étoiles sont encore nichées dans mes yeux ! ;-)

C’est avec une très grande joie que j’ai découvert les coulisses, les cuisines, mais aussi la Revue Bonheur qui fête ses 10 ans cette année.
Mais avant de tout vous dévoiler sur cette soirée extraordinaire, il m’est judicieux de faire une présentation du Lido.

Avant d’être un célèbre cabaret parisien, le Lido était un lieu de divertissement et de baignade fréquentées par les classes sociales supérieures de Paris. Ce dernier, alors situé au 78 avenue des Champs-Elysées, disposait d’une décoration inspiré par Venise et la célèbre plage du Lido qui attirait les foules parisiennes à la Belle Epoque.

Plage du Lido - Venise

Mais en 1936, Léon Volterra prend la direction du Lido et le transforme en salle de spectacles.
Puis en 1946, Joseph et Louis Clerico rachètent le cabaret et font équipe avec l’impresario Pierre Louis Guérin qui réalisera des spectacles les plus originaux qui soient.
Le succès ne tarde pas à taper à leur porte, puisque le 20 juin 1946 est lancé le spectacle « Sans rimes ni raisons ».

Margaret Kelly, alors surnommé Miss Bluebell pour ses yeux couleur jacinthe, rejoint le Lido en 1948.
Pendant quarante année, Margaret et sa troupe, les Bluebell Girls règne sur le cabaret. Notez d’ailleurs qu’ à ce jour, les Bluebell Girls continue à animer les revues du Lido.

Margaret Kelly
Au vue du succès du Lido, ce dernier est contraint de déménager au 116 bis, avenue des Champs-Elysées.
Depuis cette année-là, le Lido reçoit chaque année plus de 500 000 spectateurs, dont 40% de Français.
Au-delà de ses revues, le cabaret a accueilli  des émissions de télévision, des défilés de mode, des galas de charité, et les shows des chanteurs les plus célèbres comme Franck Sinatra, Shirley McLaine ou Elton John.

Bien que l’on parle de « crise » à tout va, le Lido fait salle pleine tous les week-end, et plus de 500 couverts les jours de semaine.

Le Lido, aujourd’hui, est devenu un lieu d’histoire, une scène féérique et un spectacle unique. Aperçu en images.

Lido de Paris - Photo © Eric Lanuit - Salle

Lido de Paris - Photo © Eric Lanuit - Salle 1

Lido de Paris - Photo © Eric Lanuit - Salle 2

Lido de Paris - Photo © Eric Lanuit - Bonheur

Lido de Paris - Photo © Eric Lanuit - Bonheur 1

Non mon récit ne s’arrête point ici.
Dans les jours qui suivent, je partagerais avec vous les coulisses du Lido, les secrets des cuisines et quelques anecdotes des Bluebell Girls.
Restez connectés, c’est pour bientôt ! :-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

La Provence, cette partie de moi dont je ne parle point

Je ne suis pas parisienne. Enfin si, un peu, par mes ascendants. Des vrais qu’ils étaient.
Mais moi, j’ai grandi en Provence, là où les gens ont un accent chantant, là où le soleil est notre ami, là où les bons petits plats sont mijotés par nos grands-mères.
En Provence, j’y rentre peu, c’est vrai. Mais, dès que le temps et le travail me le permettent c’est toujours avec grand plaisir que j’y retrouve ma  famille et mes amis.
Mais revenir dans le Var, c’est surtout inspirer l’air marin, inspirer les saveurs provençales et me reposer sous le chant des cigales.

Du Var, j’en reviens tout juste. Il faisait beau. Une chance pour le mois d’avril qui nous rabâche chaque année de ne pas nous découvrir d’un fil.
Du soleil, un vent doux, du chocolat. Trois éléments pour parfaire un week-end de Pâques.

Aperçu en images.

Sanary-sur-mer Le Beausset-Vieux Le Beausset-Vieux Le Beausset-Vieux Saint-Cyr-Les-Lecques Saint-Cyr-Les-Lecques Saint-Cyr-Les-Lecques Sanary-sur-mer

Bandol Le Beausset

Rendez-vous sur Hellocoton !