J’ai testé les sushis et les makis par Findus !

[Pas de sponsoring, ni de cadeau offert, mais un test réalisé en toute indépendance.]

Manger japonais, il y a encore 26 mois je ne connaissais pas.
C’est en sortant d’un Salon, le 15 mars 2009, que des amies d’Hypokhâgne m’ont proposé d’aller « manger japonais ».
Elles me disaient que c’était du poisson cru avec des brochettes de viande.
Dur à imaginer quand on ne connait que très peu de choses de la culture japonaise.
C’est d’un pas sûr que nous nous rendons au 8 rue Mouffetard, au pied du Panthéon.
Mais là n’est pas le sujet de cet article…
Voilà maintenant deux ans que je vais régulièrement manger au 8 rue Mouffetard, accompagnée de mes acolytes.
Manger japonais est devenu un instant de plaisir. Sushi, maki, sashimi font désormais partie de mon langage commun.
On dit que le Coca-Cola peut mener à la dépendance. Mais je pense que toute nourriture ayant la capacité de nous procurer une extase culinaire peut nous conduire à sa dépendance.

Aujourd’hui, on trouve des restaurants japonais dans la quasi-totalité des quartiers de Paris. Vous pourrez trouver un japonais aussi bien dans la rue Sainte-Anne qu’aux côtés d’un grec et d’un libanais. Savoureux mélange me direz-vous.

La nourriture japonaise s’est littéralement démocratisée. Jusqu’à maintenant, manger japonais appartenait à un certain type d’individus. Aujourd’hui, vous trouverez dans ces restaurants, tout type de personnes, allant de l’étudiant à la personne âgée.

Le repas japonais a le fort avantage de contenir une nourriture saine : poisson, riz, viande, chou et soupe de champignons.
Pas vraiment de graisse et encore moins de composants chimiques.
Son prix : entre 10 et 15€ pour un repas copieux.

Le japonais est peu à peu devenu le repas par excellence pour les personnes souhaitant partager un moment ensemble.

Il m’arrive de temps en temps de commander un japonais lors de mes soirées solitaires.

Mais samedi dernier, au détour du rayon surgelés, je suis tombée sur des sushis et makis fabriqués par Findus.

Une petite grimace s’est alors dessinée sur mon visage, mais je me suis dit que le produit était quand même proposé par Findus, qui n’est pas une marque de piètre qualité.

Le pack : 5€ et des poussières.
Les ingrédients : produits naturels, sans colorants, sans conservateurs et autres produits chimiques.
La conservation : au congélateur
La préparation : une minute au micro-ondes, puis laisser décongeler à l’air libre pendant une quinzaine de minutes.

Du tout fait, de l’industriel, mais en fin de compte, pas si mauvais que ça. Certes, ce plat ne remplacera pas les mets préparés par le cuisto de votre japonais préféré, mais pourra faire l’affaire le temps d’une soirée-plateau-télé.
Je reconnais que le poisson manque un peu de goût mais reste mangeable.
Pour les gros mangeurs, je vous conseille fortement de compléter ce plat à l’aide d’un bol de riz, d’une entrée voire d’un dessert.

Expérience à renouveler ? Pourquoi pas.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts with Thumbnails

Laisser un commentaire