Au sujet des montres connectées

apple watchAujourd’hui j’ai : un ordinateur portable et un téléphone mobile. Aujourd’hui je n’ai pas : de tablette, de bracelet FitBit, de montre connectée.
La tablette, ou l’ordinateur, c’est pour moi, un peu la même chose. C’est de l’argent gaspillé, je trouve.
Les objets connectés, je n’en ai pas. Je n’en ai pas car je ne m’y suis pas encore vraiment intéressée. Pourtant, comme tout le monde, j’ai entendu parler de l’Apple Watch iPhone, par exemple.
Il parait que c’est bien, il parait que c’est la mode. « Recevez des notifications et répondez-y en un instant. Suivez votre activité physique, jour après jour. Contrôlez votre musique au seul son de votre voix. Grâce à l’Apple Watch, toutes les informations que vous cherchez, toutes les fonctionnalités que vous utilisez sont à votre portée. Dès l’instant où vous levez le poignet. » C’est ce que nous dit la marque. Alors c’est vrai que c’est tentant. Je vais peut-être m’y intéresser de plus près.
Mais le but, bien sûr, n’est pas d’acheter cette montre pour protéger mon iPhone et moins m’en servir ! C’est un gadget en plus. Utile aussi. :-)
En plus, Apple propose différents coloris. Pas mal et bien pensé. La rose est jolie. Ce choix de couleur vous étonne ? ;-)
Mais surtout ce qui me plait avec cette montre, c’est qu’il m’est possible et d’être au courant de mes actualités et activités en direct. Je peux ainsi prioriser, et surtout décoller le nez de mon portable. Encore du mal, je l’avoue. D’ailleurs, dès que je dois partir en réunion j’opte pour le mode « avion ». Au moins mes amis voient que je suis indisponible à ce moment-là et surtout que ça y est, je coupe enfin avec mon téléphone ! :-)
Enfin et surtout, comme il est pratique d’avoir une montre qui vous rappelle en un coup d’oeil vos objectifs de la journée… On ne zappera plus le sport, c’est évident ! :-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Post 13 Novembre – Ecrire à nouveau

se souvenir 13 novembre
Je n’avais pas le coeur à écrire. Vous l’aurez compris. Les derniers événements m’ont littéralement bouleversé.
Alors je me suis tue. Un article le 19 novembre. Ca m’a suffit. Je n’avais pas envie de toute façon.
Mais surtout, quel malaise je pouvais ressentir à écrire léger et naïf. J’admire ces blogueuses et youtubeuses qui en ont eu le courage. Elles ont raison, il faut continuer à vivre.
Le temps de tourner la page, le temps de reprendre les habitudes.
Alors je reprends la plume aujourd’hui. J’ai cumulé du retard. Mais ce n’est pas grave, au fond. Ils attendront. Ils comprendront.
Je vais aussi tâcher de décrocher de la télévision. Mon esprit en est trop obnubilé.
Alors je reprends la plume. J’essaie de m’y remettre. Comme avant. Allons-y, sourions, la vie continue.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Post 13 novembre 2015

Pray-For-Peace-In-ParisJe suis venue, je suis partie et puis j’ai pris ma décision. Comme de nombreux blogueurs. Besoin d’écrire. Besoin de partager. Peut-être pour aller mieux. Peut-être pour continuer à vivre.

C’était vendredi. Vendredi 13. Vendredi 13 novembre 2015. Je n’ai jamais aimé ce chiffre, le 13, on dit qu’il porte malheur.
Ce jour-là j’étais fatiguée, mal dormi, l’envie et la nécessité de me coucher tôt.
Me voilà au lit, je lis Twitter. Puis le nombre de tweets s’accélèrent. D’un coup. De plus en plus vite. « Fusillade », « coups de feu », « Bataclan », « République » peut-on lire.
Et puis j’ai peur. Et puis j’ai mal au ventre. Alors j’appelle, j’envoie des SMS, j’ai besoin d’être rassurée. Où sont mes amis ? Sont-ils sortis, chez eux ? Je reçois des réponses au fur et à mesure. Tout le monde va bien. Mais je suis toujours au lit. Toujours en train de lire. Impossible de me lever. Impossible de quitter le virtuel.
Une heure après, peut-être, j’allume ma télévision, ITélé, BFMTV. Je n’en crois pas mes yeux. On est en train de tuer des gens. Je hurle. Intérieurement. J’ai des nausées. Mes parents dorment. Ils ne répondent pas à mes SMS.
Et là je me suis sentie terriblement seule et inutile.
Impossible de dormir. J’ai le coeur qui bat vite. J’ai peur d’aller me coucher. Je suis pétrifiée devant ma télévision.
3h du matin. Le sommeil finit par me gagner. Je me réveille presque en sursaut quatre petites heures plus tard.
Les médias ne parlent plus que de ça. J’ai toujours peur. Je n’ai pas encore bien réalisé, je crois. Je pleure. J’ai peur.
Finalement, je ne comprendrai que dimanche.

Il y a Charlie, et puis il y a le 13 novembre. Novembre, ce mois si triste. Novembre, le mois des morts. Novembre, le mois de la Guerre. Novembre, le mois du deuil.
On ne vivra plus comme avant. On ne dira plus comme avant « J’espère que tu vas bien ».

Des gens de mon âge sont morts. Cela aurait pu être moi, mes amis, mon voisin. Je suis terriblement choquée.
Alors, il faut parler. Evacuer, parler autour de soi. Appeler ses proches, leur dire qu’on les aime.

La vie tient sur un fil.

Fluctuat nec mergitur.

Rendez-vous sur Hellocoton !

13 novembre 2015

13 novembre 2015

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aujourd’hui, 11 novembre 2015

Aujourd’hui était un jour férié. Aujourd’hui ce jour férié n’est pas tombé un jour de week-end. Ouf.
Un peu de repos avant la dernière ligne droite. La dernière ligne droite avant Noël.
Du repos, du sommeil. J’en avais grand besoin. Ce besoin de dormir, de penser à moi, de siester. Longtemps. Bien comme il faut. Je réalise que je n’avais pas aussi bien dormi depuis trop longtemps. Faire une sieste digne de ce nom. Au calme, sans être dérangée par les voisins. Les entendre, les supporter, perdre son calme.
C’est fini tout ça. C’est fini la vie à la parisienne. Plus de calme, moins de stress. Ca oui je l’apprécie.
Et puis j’ai lu, sans être dérangée par le voisinage. J’ai lu longtemps, chez moi, sans être déconcentrée. Même que j’ai presque fini mon livre. Ce soir peut-être.
Et puis je me suis levée, je suis restée en pyjama. Ca fait du bien. Mais de temps en temps.
L’heure du thé ensuite. A la cerise s’il vous plait. Juste parfait. Ma bougie brûlant à ses côtés.

Cette journée du 11 novembre 2015 m’a fait du bien. J’avais besoin de repos. Je l’ai eu.
Certes, je ne suis pas allée au monument aux morts. Mais j’ai pensé très fort à nos ancêtres qui se sont battus pour nous, pour défendre nos terres, notre peuple. Et puis j’ai lu cet article. Ca m’a touché. On critique, mais les valeurs ne sont plus les mêmes. Elles évoluent, bien sûr.

Mais en ce 11 novembre, j’ai réalisé que j’étais bien là où j’étais. Paris recule, doucement, tout doucement, dans une vie antérieure.

Rendez-vous sur Hellocoton !