Le #vintage ou la redécouverte du passé

Soyez prévenus, j’écris cet article à chaud. Des coquilles risquent donc de s’y glisser.
Soyez indulgents, mais je découvre tout juste cet univers.
Je veux parler du vintage. Oui le vintage. Surprenant, non, pour la geekette que je suis.

Le vintage, je savais que c’était un peu la mode. On me parlait des friperies, des brocantes vintage mais aujourd’hui je découvre que les boutiques que je fréquente s’y mettent aussi.
Le vintage c’est, me semble-t-il, une rétrospective sur les années 1990 et l’avant.
L’avant, là où on était pas nés, l’avant, cette époque qu’on a pas connue.

Le vintage, j’ai pu m’y plonger aujourd’hui en me rendant au salon qui lui été dédié. Bon c’était plus une grande friperie qu’un pseudo salon. Des vêtements. Des années 90 aux années 60. L’impression de changer d’époque quelques instants. Mais aussi de lunettes comme me l’indiquait @_jeremyl_. Des lunettes dont certains modèles sont revenus à la mode. Oui oui, j’en ai vu quelques uns chez l’opticien. Mais aussi des objets, livres et accessoires divers me rappelant un peu mon enfance.
Bref, une époque passée qui attire de nombreux regards.
Mais au fond, c »est un passé que l’on a pas vécu. Un passé dont on ignore tout.
Des fifties aux eighties, nous connaissons les paillettes de Cloclo, les Trente Glorieuses, l’insouciance,  les deudeuches, le mouvement hippie, et cie. Et pourtant on zappe la guerre d’Indochine et Phan Thị Kim Phúc brûlée vive, l’Espagne franquiste, le nuage de Tchernobyl, et je passe les autres événements tout autant dramatiques.
Pour la génération du XXIe siècle, l’époque vintage semble incarner un idéal, un monde merveilleux, que dis-je, idyllique ou tout était permis.
C’est presque vrai, le SIDA n’existait pas, le marché du travail n’était pas en crise (on trouvait du boulot presque à côté de chez soi), les terroristes on en parlait peut-être un peu moins, et le respect, il existait encore.
Cette génération (la mienne), en mal de reconnaissance et qui étouffe dans un monde où le mot avenir n’a pas de sens, s’évade pour un univers où tout lui semble magique.
Bref, retourner enfance, fuir la réalité finit-elle par avouer.
Mais au fond, n’est-ce pas le désir de tout un chacun ? Echapper au quotidien, oublier ses difficultés pour retrouver sa madeleine de Proust.

Notons d’ailleurs que les marketeux navigue sur cette nouvelle tendance.
Du vintage, on commence à en voir partout. Et surtout dans les boutiques de décoration et de cuisine.
Ce visage ne vous est-il pas familier ? Oui oui, il évoque bel et bien les années Papa Maman, voire Papy Mamie. Un visage que l’on voit sur de nombreux objets, des serviettes en papier à la boite de céréales.
Vous n’êtes d’ailleurs pas censés ignorer que je me suis récemment acheté un set de table du même style.
J’ai craqué, oui c’est vrai. Découvrir une époque qui n’est pas mienne mais que je souhaite m’attribuer.
La génération Y est paradoxale, ne l’oubliez pas.

Un appartement décoré vintage j’aimerais, beaucoup. Mais cela devra attendre 2013. En attendant, je me documente sur des blogs. Je découvre, j’apprends, je retiens.

Vous l’aurez compris, désormais vous aurez droit à des articles sur le vintage. Des photos. Beaucoup même. Des coups de coeur qui m’aideront à m’échapper de ce quotidien.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Test et avis de la Nescafé Dolce Gusto

Voici quelques mois maintenant que j’ai fait l’adoption de la Nescafé Dolce Gusto.

« Encore un gadget » susurre certains… Mais en fait, c’est bien plus qu’un objet inutile.
Oui, la Nescafé Dolce Gusto est une petite merveille qui vous permet de réaliser de très bons cafés à domicile grâce à des capsules individuelles.
Mais je vous arrête tout de suite, la Nescafé Dolce Gusto ne se limite pas à la réalisation d’UNE sorte de café.
En effet, elle vous permet de concocter jusqu’à… 25 boissons !
Révolutionnaire, n’est-ce pas ?

Amateurs de café, vous serez comblés.
Les autres, ne soyez pas déçus. Avec la Nescafé Dolce Gusto, vous deviendrez l’as des chocolats chaud, des thés glacés, des Chaï Tea Latte mais aussi des cafés au lait.
Pour le plaisir des yeux, voici un petit aperçu de ce que vous réserve Nescafé.

Vous vous en douterez, il s’agit de mes boissons favorites.
En effet, le café n’a jamais été mon ami. Je ne le consomme que lorsque j’en ai réellement besoin (coup de pompe, insomnie ou fatigue passagère).
Ainsi, la Nescafé Dolce Gusto me satisfait pleinement puisque j’ai enfin la possibilité de réaliser des boissons qui me plaisent et que je peux réaliser rapidement.

Facile la prise en main de la Nescafé Dolce Gusto !

Je dirais presque que la Nescafé Dolce Gusto est un jeu d’enfants. :-)
Certes, comme tous les objets électroniques, vous devez lire la documentation. Pas de panique, les explications sont simples et illustrées de schémas. Disons qu’en 15 min vous maîtriserez ce nouveau joujou.
Soyez toutefois sur l’entretien de votre machine. Vous me direz, au prix qu’elle coûte, vous réfléchirez deux fois avant de la passer sous le robinet !
Quoiqu’il en soit, la Nescafé Dolce Gusto vous permettra de réaliser en moins d’une minute un bon café américain ou un cappuccino presque maison.
La qualité des boissons ? Elle y est.
Le goût ? Aussi.
Les saveurs ? Encore plus.
Il sera alors difficile de vous passer de votre machine et vous n’hésiterez pas à ranger au fond du placard votre bonne vieille cafetière. ;-)
Au petit déjeuner, à l’heure de la pause, au goûter ou tout simplement pour le plaisir, la Nescafé Dolce Gusto vous accompagnera dans tous les moments de votre quotidien.

Et finalement, elle s’achète où la Nescafé Dolce Gusto ?

Ce petit bijou, vous pourrez le trouver dans la plupart des grandes surfaces ou directement sur Internet.
Pour les boissons, direction le supermarché pour les basiques, et pour les plus raffinées, rendez-vous sur le site de Nescafé Dolce Gusto.
Notez toutefois que je trouve vraiment cela dommage de ne pas pouvoir acheter toutes les boissons directement chez Carrefour, Auchan, et cie. :/
Mais Nescafé a fait un effort. Si vous préférez vous approvisionner sur sa plateforme, les frais d’envoi vous sont offerts à partir de 75€ d’achat (pensez à l’achat groupé !).
Côté respect de l’environnement (oui c’est vrai, ces petites capsules, c’est pas très écolo au fond), Nescafé semble faire des efforts. C’est déjà un bon point. Espérons toutefois que l’entreprise produira prochainement des capsules 100% recyclables, voire réutilisables.
Mais ça, c’est pour demain.
En attendant, prenez le temps de savourer un bon café Mocha et de gagner un week-end à Milan. :-)

Produits offerts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ce qu’il faut que je fasse avant la fin du monde

La fin du monde, tout le monde en parlait il y a un an. Aujourd’hui plus rien. Le monde s’est tue dirait-on.

En Europe, la fin du monde on en rigole, aux Etats-Unis, on y croit dur comme fer.

Quant à moi, je n’y crois point. On nous aurait déjà averti à l’heure qu’il est.
Mais avec tout ce qui se passe en ce moment, on pourrait à nouveau se poser la question « La fin du monde approche-t-elle ?« .
J’ai presque eu peur aujourd’hui en regardant le reportage de 13h15 sur France2.

« L’Homme est fou » ai-je envie de dire.

Mais s’il restait quelques semaines avant la fin du monde, il me resterait une masse de choses à faire que voici.

  • Passer mes Galops 6 et 7. Ultra important pour confirmer que je me considère comme une cavalière confirmée.
  • Faire plaisir à mon estomac et mon moral en mangeant du Nutella, des bonbons qui piquent, du chocolat bien sucré, du saucisson, des frites et de la Tropézienne.
  •  Changer mon thème WordPress que mes yeux n’ont plus envie de voir.
  • Galoper à dos de cheval sur la plage.
  • Retourner à Disneyland Paris (il serait temps !).
  • Aller à Bordeaux, Lille, Bruxelles, Trouville, Toulouse… Mais aussi en Suède, Russie, Angleterre, Islande.
  • Prendre rendez-vous dans un institut de beauté pour un vrai massage du dos.
  • Acheter un appartement parisien.

Ma liste est courte. Superficielle même. Et pourtant, ce sont des choses que je ne prends pas le temps de faire aujourd’hui.
Non pas parce que je ne le souhaite pas, mais parce que je me prive.
La génération Y n’est pas celle des années 80 où on avait la vie devant soi.
On a peur d’aujourd’hui, de demain, du futur.
On ne s’engage pas et on pense à soi. Un peu trop peut-être. Tellement qu’on s’oublie.
On se noie dans un monde où on pense ne pas avoir sa place. Alors que si car nous sommes l’avenir de demain.

Monde de brutes, monde de crise, monde d’incompris.

La fin du monde, en fait, elle est déjà là.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Nos Séparations – David Foenkinos

Il y a quelques mois j’avais savouré La Délicatesse de David Foenkinos. J’avais été séduite par le style, l’histoire (dans laquelle je me retrouvais un peu) et les personnages.

Aujourd’hui, je vous annonce que j’ai littéralement (dans tous les sens du terme) dévoré Nos Séparations du même auteur.

Une histoire d’amour, encore. Mais dans le temps. De la jeunesse à l’âge mûr des personnages.
Un livre qui évoque l’aventure amoureuse de Monsieur ou Madame tout le monde.
Un amour avec ses hauts et ses bas. Ses séparations puis ses retrouvailles.

L’amour déjanté d’Alice et Fritz. Un couple que rien n’unissait, au fond.

La trop belle histoire de Paul et Virginie.

La retrouvaille d’Alice puis le drame. Le temps passe mais elle est toujours là, au fond.

On a tous connu ça, hein ?

Nous sommes tous des clichés.

Tels sont les mots du narrateur.

Un livre à lire sur le chemin du travail (si vous prenez le train, le métro ou le bus).
Un livre qui vous surprend par ses drôleries et son regard sur les amours du XXIe siècle
Un livre qui nous dit clairement : « Il a raison Foenkinos, il n’y a qu’un amour dans une vie« .

[…] Nous sommes allés chez Ikea, et nous nous sommes disputés chez Ikea. Dans ce grand magasin, ils devraient engager un conseiller conjugal. Car s’il existe un endroit où le cœur des couples se révèle, c’est bien là. Je me demande même si tous ces meubles à construire ne sont pas qu’un grand prétexte pour semer la zizanie sentimentale. Je suis presque certain que le fondateur d’Ikea devait être un Suédois depressif (on frôle le pléonasme),  sans vie affective, et qu’il a trouvé le moyen d’anéantir celle des autres.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Faire des cupcakes c’est bien, mais attention au matériel utilisé !

La semaine dernière, je vous parlais de la réalisation de mes premiers cupcakes. Je l’avoue j’étais plutôt fière.

Mais comme de nombreuses débutantes, je n’ai pas trop fait attention au matériel que j’ai utilisé.
En effet, dans mon « kit » à cupcakes, étaient livrés un livre de recettes et des caissettes en silicone.

Lors de la dégustation de mes cupcakes j’ai plus ou moins constaté un arrière-goût plastique, amer.
J’ai tout pensé que cela provenait des caissettes… Mais pas du silicone.

C’est cet après-midi en surfant sur la toile que je me suis rappelée que les moules en silicone n’étaient pas du tout recommandé par les fins connaisseurs.
Non pas parce que vos gâteaux seront moins réussis mais parce que les particules qui s’en échappent peuvent être dangereuses pour la santé.

D’accord, les cupcakes c’est joli, c’est bon et pas très très compliqué à réaliser mais restez prudents lorsque vous choisissez votre matériel de cuisson.
D’après Lola_Cupcakes on peut trouver sur le net et chez Casa des moules en acier/métal. Les prix sont tout à faits abordables.
Quant aux caissettes en papier (qui remplacent donc celles en silicone), vous pouvez en trouver des centaines aux motifs différents dans de nombreuses boutiques.

Prochainement sur le blog, mes nouvelles recettes de cupcakes. :-)

Rendez-vous sur Hellocoton !